Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant le dimanche sans voiture à Bruxelles : STIB.

de
Marc-Jean Ghyssels
à
Elke Van den Brandt, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargée de la mobilité, des travaux publics et de la sécurité routière (question n°36)

Matière(s):
 
Date de réception: 24/09/2019 Date de publication: 15/11/2019
Législature: 19/24 Session: 19/20 Date de réponse: 14/11/2019
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
08/10/2019 Recevable p.m.
 
Question    Le dimanche 22 septembre dernier était organisé l’annuel « dimanche sans voiture » dans notre belle capitale. Cette journée, généralement estivale, est l’occasion pour beaucoup de Bruxellois de découvrir, apprécier et arpenter leur ville autrement, plus doucement.

C’est également l’occasion pour les transports en commun de faire le plein de voyageurs et potentiels futurs utilisateurs.

Malheureusement, divers incidents ont ralenti voire interrompu le trafic, impactant de nombreux voyageurs. Bien que l’ensemble du personnel du service public qui a permis l’organisation de cette journée sans voiture n’a pas ménagé ses efforts pour assurer la sécurité et le confort des participants.

Au-delà de la STIB, le dimanche sans voiture représente également toute une organisation et une logistique. Je suis dès lors très intéressé de connaître le bilan de votre premier dimanche sans voiture en tant que ministre de la Mobilité.

Madame la Ministre,

- Combien d’incidents ou de débordements furent dénombrés par la STIB ?
- De quels types d’incidents s’agissait-il ?
- Combien d’agents de la STIB furent mobilisés pour cette journée ?
- Quel fut le coût total de cette journée pour le service public ?
 
 
Réponse    La STIB n’a constaté aucun incident ou débordement au niveau de son réseau métro.
Au niveau du réseau de bus, la STIB a dénombré les incidents suivants : 2 agressions verbales sur chauffeur, 1 altercation entre tiers dans un véhicule, 5 accidents sans blessés.
Au niveau du réseau de tram, la STIB a dénombré les incidents suivants : 1 agression verbales, 2 problèmes d’aiguillages, 1 accident et 9 services bloqués/interrompus (causes de ces interruptions : 1 intervention des services de secours, 2 véhicules mal garés, 6 chutes de piétons/cyclistes).


Au niveau du métro: 126 membres du personnel de conduite étaient mobilisés lors du dimanche sans voiture (16 personnes en plus qu’un dimanche habituel).
Le réseau métro a été géré par l’effectif de base, soit 4 opérateurs dans le dispatching, renforcé pour l’occasion par un 5
ième poste opérateur de soutien entre 11h et 19h (pour couvrir la période la plus chargée). L’encadrement de terrain a été renforcé par 1 gestionnaire de ligne et 2 adjoints cadres de ligne.

Au niveau du bus : 849 chauffeurs et conductrices étaient mobilisés (soit 210 en plus que lors d’un dimanche habituel) ; 20 dispatchers et régulateurs (7 en plus) ; superviseurs sur le réseau (3 en plus) ; 7 accompagnateurs bus (7 en plus), pour un total de 885 agents (soit 227 en plus qu’un dimanche habituel).

Au niveau du tram : 490 membres du personnel de conduite étaient mobilités (soit 109 en plus que lors d’un dimanche habituel)
Les équipes du dispatching et de l’intervention ont été renforcées : il y avait 15 personnes pour l’intervention (3 en plus) et 11 personnes au dispatching (2 en plus).

Au niveau du personnel de sécurité, il n’y a pas eu d’augmentation d’effectif notable enregistrée lors du dimanche sans voiture. Au total, 200 agents, tous services de sécurité confondus, ont été mobilisés. Certains agents (36) ont toutefois été spécialement dédiés à une mission d’accompagnement lors de cette journée particulière (accompagnement sur le terrain : 28 agents affectés ; accompagnement pour les portes ouvertes au dépôt tram d’Ixelles : 8 agents affectés).

Pour la STIB :
La gratuité du dimanche sans voiture représente une perte de recettes estimée à 130.000 euros (estimation faite sur base des recettes habituelles générées par les titres à la prestation durant un dimanche de septembre).
Les coûts supplémentaires d’exploitation engendrés lors du dimanche sans voiture sont estimés à 425.000 euros.