Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant le Women Code Festival 2019 - troisième édition du Festival du Code au Féminin.

de
Emin Özkara
à
Bernard Clerfayt, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargé de l'emploi et de la formation professionnelle, de la transition numérique et des pouvoirs locaux (question n°26)

Matière(s):
 
Date de réception: 15/10/2019 Date de publication: 15/11/2019
Législature: 19/24 Session: 19/20 Date de réponse: 15/11/2019
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
18/10/2019 Recevable p.m.
 
Question    Du 7 au 14 octobre 2019, en parallèle de la Code Week EU ( https://codeweek.eu ), la plateforme Women in TECH ( https://www.womenintech.brussels ) a organisé la troisième édition du Festival du Code au Féminin : le « Women Code Festival  » (WCF). Cette troisième édition, comme les deux précédentes, s’est déroulée en Région de Bruxelles-Capitale. Durant cette semaine, ce fut l’occasion, via des débats, des workshops, des rencontres de femmes inspirantes, des projections de films, des soirées thématiques, etc., de sensibiliser et stimuler les femmes bruxelloises aux nouvelles technologies, à la programmation, aux codes, mais aussi aux possibilités et opportunités offertes par les nouveaux métiers du numérique et de l’innovation ; secteurs dans lesquels elles sont encore trop peu représentées. En plus d’être stimulante, cette semaine de découverte et d’activités orientées TIC pour les femmes dans tout Bruxelles participe à la déconstruction des stéréotypes de genre qui sont souvent ceux portés sur les métiers liés aux secteurs de l’informatique, des nouvelles technologies et de l’innovation. Dans une société où l’industrie numérique joue un rôle important, il est capital de donner aux femmes toutes les possibilités de se lancer dans le secteur de l’innovation et des nouvelles technologies, et ainsi de leur permettre de prendre part de manière égalitaire à cette nouvelle industrie. Une enquête menée par Women in Tech.Brussels sur le thème de « Les femmes bruxelloises à l’ère de la quatrième révolution industrielle, où en est-on ? » a révélé que plus les compétences deviennent techniques moins les femmes bruxelloises sont représentées. Pour rappel, la première édition du WCF en 2017 avait rassemblé 1.000 participantes. En 2018, près du double de femmes a participé à l’événement.

Suite à cette troisième édition du Festival du Code au Féminin, je souhaiterais vous poser les questions suivantes :

1. Quel a été l’appui de vos services quant à l’organisation de cet évènement ? Quelles mesures ont-elles été prises pour soutenir cette plateforme ?
2. Quel est le bilan de cette 3e édition du Festival dédié à la découverte du code et à la promotion des femmes dans le monde des nouvelles technologies et de l’innovation ? Quels sont les acteurs et les partenaires organisateurs qui y ont participé ?
3. Le Microsoft Innovation Center a-t-il participé à cette 3e édition du WCF ? Des représentants du monde Open source et des logiciels libres ont-ils aussi participé ?
4. Le Smart City Manager ou le CIRB a-t-il participé à certaines activités ? Si oui, pour quoi faire ?
5. Quel a été le cout financier de cette semaine ?
6. Quels sont les constats et recommandations dégagés suite à cette semaine ? A-t-on constaté une évolution positive depuis les précédentes éditions du WCF ? Une 4
e édition du WCF a-t-elle été programmée ?
7. Depuis la précédente édition du WCF, quels sont les partenariats initiés afin de renforcer l’offre de coding aux femmes et jeunes filles bruxelloises ?
8. Des partenariats internationaux, notamment avec des pays où le taux
de présence féminine dans les études de STEM (sciences, technologies, ingénierie et mathématiques) et dans les métiers technologiques est plus élevé, ont-ils finalement été développés par la plateforme Women in TECH ?
9. Quel est le montant global alloué spécifiquement par le gouvernement pour encourager la place des femmes dans le secteur de l’innovation et des nouvelles technologies ? Quels sont les montants débloqués dans les domaines de vos compétences ?
 
 
Réponse    Les questions 2,3 ne relèvent pas de nos compétences et doivent être adressées au cabinet de la Secrétaire d’Etat Barbara Trachte.

En ce qui concerne les questions 1 et 4

Le CIRB est partenaire du réseau Women in Tech (WIT) depuis sa création en 2017.
Lors du premier Women Code Festival, il a participé à la réalisation du programme général et organisé un stand spécifiquement orienté vers les femmes pour le salon étudiant de l’ULB qui avait lieu durant la même semaine. Il a également soutenu le hackathon Smart Family organisé par le WIT en décembre 2017.


Lors de la deuxième édition en octobre 2018, le CIRB a organisé et sponsorisé cinq formations au codage destinées aux femmes. Il s’agissait d’une initiation au cours de laquelle les principes du codage ont été enseignés au moyen d’applications et d’exercices ludiques. A travers cette initiative, le CIRB a voulu populariser le codage et la programmation auprès des  femmes et les encourager à suivre des formations en ICT et en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques. L’atelier a eu lieu dans cinq Espaces Publics Numériques (EPN) du territoire régional. Plus de 50 femmes ont bénéficié de cette initiation.


Pour cette année, le CIRB et la Smart City
Manager ont participé à la promotion de Women Code Festival via nos moyens de communication et a assisté à la conférence d’ouverture du festival le 7 octobre.

Pour l’année 2020, le CIRB participera activement à l’animation du réseau au niveau régional, en fonction des actions envisagées, et il proposera certainement une activité pour le Women Code Festival d’octobre prochain.
Le CIRB est également impliqué dans le groupe de travail fédéral « Women & Digital » et prévoit de participer à l’événement « Women in Digital » de la Commission européenne le 23 avril 2020.

Les questions 5, 6, 7 et 8 ne relèvent pas de nos compétences et doivent être adressées au cabinet de la Secrétaire d’Etat Barbara Trachte.

En ce qui concerne la question 9
En 2019, les budgets relevant de mes compétences alloués à la stimulation de l’innovation et des nouvelles technologies (tels que les hackathons, Gamejam, formations…) n’étaient pas uniquement réservés aux femmes et faisaient partie d’une politique globale de sensibilisation. J’ai la volonté de accentuer le focus nécessaire pour tous les groupes potentiellement exclus ou éloigné du numérique dont les femmes font également malheureusement partie. Cette approche apparaitra dans mon plan d’inclusion numérique qui sera lancé au début de l’année 2020. Des partenariats avec des asbl spécialisées sont déjà en cours de négociations.