Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant l'intégration de la dimension du handicap (Handistreaming) dans vos politiques.

de
Emin Özkara
à
Barbara Trachte, secrétaire d'État à la Région de Bruxelles-Capitale, en charge de la transition économique et de la recherche scientifique (question n°31)

Matière(s):
 
Date de réception: 13/12/2019 Date de publication: 10/02/2020
Législature: 19/24 Session: 19/20 Date de réponse: 06/02/2020
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
18/12/2019 Recevable p.m.
 
Question    En septembre 2018, nous étions informés de la « mise sur pied et accompagnement de huit projets pilotes en matière de handistreaming » (). Trois mois plus tard en Commission, nous étions informés que « dans le cadre d'un travail général sur le handistreaming, (…) huit mesures ont été prises par les huit ministres et secrétaires d'État du gouvernement bruxellois » () de l'époque.
Depuis lors, jour après jour,
la Région de Bruxelles-Capitale ainsi que les Commissions communautaires commune et française ont continué leurs efforts dans la dynamique « Handistreaming », et cela afin de prendre en compte les besoins des personnes souffrant d’un handicap dans leurs politiques et de s'attaquer aux obstacles qui compromettent la participation des personnes souffrant d’un handicap à la vie économique, sociale, culturelle,…
Vous le savez, chaque ministre et secrétaire d’État du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale doit appliquer le « Handistreaming » (intégrer la dimension du handicap) dans toutes les politiques, mesures et actions relevant de ses compétences. C'est donc à la Région, à la COCOM et à la COCOF de prendre les mesures nécessaires pour rendre la société plus inclusive.
Madame la Secrétaire d'Etat, en votre qualité de Secrétaire d'Etat à la Région de Bruxelles-Capitale (RBC), chargée de la Transition économique et de la Recherche scientifique (compétences déléguées par le Ministre Alain Maron), je souhaite donc savoir :
Depuis le début de la législature 2019-2024,
En ce qui concerne votre cabinet :
1. Une continuité a-t-elle été assurée avec le (ou les)
projet(s) pilote(s) en rapport avec vos compétences mis sur pied sous la précédente législature ? Des obstacles ont-ils été rencontrés ? Quels sont les résultats concrets obtenus et les éventuelles collaborations engagées ? Par qui et comment a été assuré l’accompagnement ?
2. Des aménagements ont-ils été réalisés au sein de votre cabinet pour en améliorer l’accessibilité ?
3. Votre cabinet a-t-il accueilli des personnes souffrant d’un handicap pour des stages professionnels ?
En ce qui concerne "le Handistreaming et vos compétences" :
4. des réflexions ou initiatives prenant en compte le handicap ont-elles été initiées ou mises en œuvre ? Si oui, lesquelles précisément ?

http://www.parlement.brussels/weblex-quest-det/?moncode=141438&base=1&taal=fr , consulté le 11 décembre 2019.
http://www.parlement.brussels/weblex-quest-det/?moncode=103132&base=2&taal=fr , consulté le 11 décembre 2019.
 
 
Réponse    1) Une continuité a-t-elle été assurée avec le (ou les) projet(s) pilote(s) en rapport avec vos compétences mis sur pied sous la précédente législature ? Des obstacles ont-ils été rencontrés ? Quels sont les résultats concrets obtenus et les éventuelles collaborations engagées ? Par qui et comment a été assuré l’accompagnement ?
Durant la précédente législature, huit projets pilotes ont été lancés. Il y en avait un par ministre. Le projet porté par mon prédécesseur en charge de l’économie et de l’emploi était : la promotion de l’entrepreneuriat à destination des personnes porteuses de handicap.

Avec l’aide et l’expertise du CAWaB (Collectif Accessibilité Wallonie-Bruxelles) et d’equal.brussels, le service 1819 (service régional d’information pour tous ceux et celles qui entreprennent à Bruxelles) a monté un projet visant à améliorer l’information et l’orientation des personnes en situation de handicap tentées par l’entrepreneuriat, tout en sensibilisant les acteurs du soutien à l’entrepreneuriat à l’accompagnement des handipreneur.e.s et aux mesures d’aide disponible.

Résultat concret : une brochure riche en informations utiles pour tous les aspirant.e.s handipreneur.e.s.

La question du handicap et de l’entrepreneuriat y est évoquée d’emblée par un avertissement aux futurs handipreneur.e.s : OUI, leur entourage, soucieux de les protéger et pétri de bonne intentions, risque d’essayer de les décourager.

Et NON, opter pour l’entrepreneuriat n’est pas une idée saugrenue. Bien au contraire. Nombreuses sont les personnes porteuses de handicap à avoir développé les qualités et compétences indispensables pour mener à bien un projet entrepreneurial.

Ce statut est susceptible de leur apporter un confort appréciable tant en termes d’environnement que de rythme de travail. Alexandre Bodart Pinto par exemple, cloué dans un fauteuil à l’adolescence à la suite d’un accident de moto, à force de ténacité et en dépit des mises en garde de son entourage, a développé une entreprise d’événementiel qui est aujourd’hui reconnue à Cannes et Saint-Tropez. Après dix ans de succès avec VIP Belgium, il se consacre au développement de la plateforme
www.everybody-travel.com dédiée à tous les voyageurs et voyageuses présentant des problèmes de mobilité.

Dans cette brochure, le/la candidat.e handipreneur.e trouvera les informations nécessaires pour obtenir les aides disponibles en rapport avec son handicap : soutien et accompagnement dans la formation professionnelle, prime d’installation, adaptation du poste de travail et intervention dans les frais de déplacement sont en effet accessibles selon des modalités spécifiques aux personnes dont le handicap est reconnu par le PHARE (administration de la COCOF en charge de la politique du handicap), alors que des mesures comparables sont prévues pour les Bruxellois.es néerlandophones dont le handicap est reconnu par le VDAB.

La brochure détaille les différents statuts auxquels peuvent être assujetties les personnes porteuses de handicaps pour permettre à l’handipreneur.e de se faire une première idée des répercussions d’une activité indépendante sur son Allocation de Remplacement de Revenu (ARR), son Allocation d’Intégration (AI) ou sur ses indemnités payées par la mutuelle. Elle conseille, avant de se lancer, de demander une simulation de l’impact des revenus escomptés sur ces allocations au service social de la DGPH, de la commune, du CPAS ou encore de sa mutualité pour prendre une décision en connaissance de cause.


Par ailleurs, la brochure rappelle une série de conseils de bon sens pour entreprendre et apporte des réponses aux questions légitimes que se posent tou.te.s les futur.e.s entrepreneur.e.s, qu’ils/elles soient ou non en situation de handicap. L’accent est mis sur la nécessité de préparer soigneusement son projet en amont en vérifiant par exemple les conditions d’accès à la profession que l’on compte exercer, ou en s’interrogeant sur sa motivation et sur la viabilité du projet.


Sont également abordés les thèmes du statut social de l’indépendant.e et des alternatives permettant de débuter une activité en limitant les risques, ainsi que ceux du financement et des subsides accessibles aux néo-entrepreneur.e.s bruxellois.es.

La brochure fourmille d’adresses, de coordonnées, de numéros de téléphone, mais un point de contact central reste fondamental pour aborder dans les meilleures conditions la grande aventure de l’entrepreneuriat : le service 1819 hébergé chez hub.brussels.

Le 24 mai 2019, un séminaire adapté aux personnes handicapées (ex. : traduction gestuelle en live) a par ailleurs été organisé par le service 1819 à l’occasion de la sortie de la brochure précitée.
2) Des aménagements ont-ils été réalisés au sein de votre cabinet pour en améliorer l’accessibilité ?
Il n’y a pas d’aménagements spécifiques qui ont été réalisés depuis le début de la législature au sein des cabinets de Alain Maron et Barbara Trachte. Le gestionnaire de l’immeuble nous a informé récemment de sa volonté d’aménager l’entrée de l’immeuble pour garantir l’accès aux personnes à mobilité réduite dans le cadre des travaux de transformation du rez-de-chaussée de l’immeuble prévus en 2020.
3) Votre cabinet a-t-il accueilli des personnes souffrant d’un handicap pour des stages professionnels ?
Le cabinet n’a pas encore accueilli de personne souffrant d’un handicap pour des stages professionnels.

4) En ce qui concerne "le Handistreaming et vos compétences" : des réflexions ou initiatives prenant en compte le handicap ont-elles été initiées ou mises en œuvre ? Si oui, lesquelles précisément ?
Les recrutements au sein du Bruxelles Economie et Emploi et Innoviris sont une compétence qui relève, comme pour toutes les administrations du Service Public Régional de Bruxelles, de Talent.brussels (pour rappel, il s’agit du Service public régional de Bruxelles chargé de représenter la Région en tant qu'employeur public et d’élaborer une stratégie globale pour la Fonction publique bruxelloise) et également de la Direction des Ressources Humaines de Bruxelles Coordination Régionale.

Le manager de diversité participe aux réunions du groupe de travail « Handicap » au sien de Talent.brussels, afin de trouver des solutions au manque structurel de travailleurs porteurs d’un handicap dans le secteur public bruxellois.

Je vous invite donc à interroger le ministre de la fonction publique de la Région ainsi que la secrétaire d’Etat à l’égalité des chances, qui ne manqueront pas de vous répondre.


De manière plus concrète, Innoviris a par exemple contribué à l’installation d’un centre de commande avec instructions audio pour les aveugles et malvoyants dans les ascenseurs. Elle n’a cependant pas dû appliquer des adaptions raisonnables pour des candidats en situation d’handicap l’année dernière. Parmi les membres du personnel aucun ne se trouve en situation d’handicap.

Chez hub.brussels, il y a une personne en situation de handicap reconnu.