Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant l'aménagement d'une promenade verte pour piétons et cyclistes pour relier le centre-ville au Bois de la Cambre.

de
Marie Nagy
à
Elke Van den Brandt, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargée de la mobilité, des travaux publics et de la sécurité routière (question n°330)

 
Date de réception: 26/02/2020 Date de publication: 19/05/2020
Législature: 19/24 Session: 19/20 Date de réponse: 13/05/2020
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
13/03/2020 Recevable Bureau élargi du Parlement
 
Question    Dénaturée par des aménagements routiers datant des années 1960, l’avenue Louise a perdu une partie de son lustre et de son confort. Il est pourtant possible de l’améliorer avec une intervention volontariste et ne nécessitant pas des travaux d’infrastructure trop importants. Un réaménagement de sa rive sud-est, envahie par des bandes de circulation et de stationnement pourrait changer son visage. La situation actuelle comporte beaucoup d’asphalte et un oubli des piétons et des cyclistes. Les voitures sont omniprésentes et les cyclistes doivent composer avec un trafic parfois dangereux.

Si sa rive sud-ouest a pu conserver son double alignement d’arbres entourant le site du tram, pourquoi ne pas rétablir un double alignement d’arbres sur l’autre rive et créer un axe vert pour piétons et cyclistes, une promenade urbaine de même largeur que le site du tram ?

Sur la rive-est, je propose de rendre deux kilomètres aux habitants et aux cyclistes en liaison directe avec le Bois de la Cambre et de planter 180 arbres supplémentaires sur l’avenue. La sécurisation des traversées piétonnes aux entrées et sorties des voies centrales est possible avec des feux de signalisation à boutons poussoir et un reprofilage de voirie visant une modération de la vitesse du trafic.

Au total, l’avenue remplirait de façon plus équilibrée ses différentes fonctions : de chaque côté, on trouverait un trottoir le long des immeubles, une rangée de stationnement accessible par la voie latérale qui donnerait aussi accès à des emplacements intercalés entre les arbres ; ensuite le nouveau terre-plein engazonné et entouré d’arbres à haute tige (marronniers ou platanes) continu et aménagé pour les piétons et les cyclistes en promenade (les cyclistes rapides choisiront la voie latérale) ; enfin, au centre les voies de circulation principales respectant les 50 km/h. Les entrées et sorties vers les voies latérales se feraient de la même manière du côté tram et du côté promenade.

L’avenue Louise retrouverait son quadruple alignement d’arbres et les Bruxellois(es) pourraient jouir d’une promenade verte reliant le centre-ville au Bois de la Cambre. Le paysage urbain serait amélioré et embelli par la symétrie retrouvée du double alignement des arbres.

Madame la Ministre, ce projet peut-il être étudié par votre administration ? Quelle est la stratégie du gouvernement concernant l’aménagement de l’avenue Louise en faveur de l’amélioration de la qualité de la vie et de la circulation des piétons et des cyclistes ?
 
 
Réponse    Le réaménagement de l’avenue Louise fait partie des grands programmes d’interventions identifiés par le PRM (Partie spécifique).

La requalification des espaces latéraux de l’avenue a par ailleurs fait l’objet d’une étude pilotée par Bruxelles Mobilité en 2017. Cette étude visait à offrir un cadre global cohérent aux interventions alors projetées et visant à améliorer, d’une part, les conditions d’utilisation et de circulation des transports publics et, d’autre part, la cyclabilité et la qualité de la ballade à pied de l’avenue.

Les grandes lignes de la proposition de schéma directeur issue de l’étude peuvent être résumées comme suit :

- côté est : systématisation du système de double latérale (actuellement discontinu), y compris sur la couverture du tunnel Bailli, avec :

o la latérale côté façade réservée au trafic strictement local et à la circulation des cyclistes dans les 2 sens ; ceci impliquant des modifications du schéma de circulation existant ;
o la latérale côté voies centrales réservée au trafic d’échange entre ces voies centrales et les axes structurants sécants à l’avenue (chaussée de Vleurgat, rue Lesbroussart, rue du Châtelain, rue Defacqz) ainsi qu’avec le goulet Louise. L’existence des tunnels Vleurgat, Bailli et Stéphanie impose en effet le maintien d’une latérale dévolue à ce trafic d’échange (pas d’échanges directs possibles au niveau des carrefours dénivelés) ;

- côté ouest, où le site propre du tram ne permet qu’une seule latérale (sauf sur la couverture du tunnel Bailli):

o apaisement de la latérale unique partout où c’est possible ;
o dédoublement de la latérale sur la couverture du tunnel Bailli (en mordant sur le parking);
o là où le trafic depuis/vers les voies centrales ne peut pas faire autrement que d’emprunter la latérale et où celle-ci ne peut être dédoublée : création d’une piste cyclable bidirectionnelle en récupérant une partie de l’espace actuellement dévolu au stationnement.

L’étude est partie du postulat de la non-remise en question des 3 tunnels présents sur l’axe (Vleurgat, Bailli, Stéphanie). Le PRM, tel qu’approuvé en 2
e lecture par le GRBC, reprend toutefois le tunnel Vleurgat parmi les infrastructures à questionner. Ce tunnel est en effet celui qui offre la balance avantages (=longueur d’axe débarrassée du trafic de transit en surface)/inconvénients (=longueur des trémies créant une coupure dans le tissu urbain) la plus défavorable.

L’option qui consisterait à convertir la 2
e latérale du côté est (= la latérale la plus proche des voies centrales) en piste cyclable bidirectionnelle agrémentée d’un double alignement d’arbres n’a pas été étudiée. Elle soulève en toute première analyse les problèmes suivants :

- nombreux points de conflits entre les cyclistes (dans les 2 sens) et les voies tangentielles d’accès vers/de sortie depuis les voies centrales ;
- flux en échange entre les voies centrales et les voies sécantes concentrés sur la latérale la plus proche des façades et des cheminements piétons.

Par ailleurs, la combinaison d’une piste cyclable bidirectionnelle et d’un double alignement d’arbres sur un espace qui fait approximativement 6,50 m de large ne va pas de soi.

Enfin, il faut préciser qu’il n’y a pas, actuellement, de double alignement d’arbres continu du côté du site propre du tram, à l’exception d’un très court tronçon situé entre les rues Blanche et de Florence. Le double alignement d’arbres est par contre davantage présent du côté est de l’avenue, où on le retrouve entre la chaussée de Vleurgat et l’avenue Dautzenberg, puis entre les rues Mercelis et de la Longue Haie.