Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant la répartition budget sportif femmes-hommes.

de
Margaux De Ré
à
Sven Gatz, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargé des finances, du budget, de la fonction publique, de la promotion du multilinguisme et de l'image de Bruxelles (question n°95)

 
Date de réception: 11/03/2020 Date de publication: 09/04/2020
Législature: 19/24 Session: 19/20 Date de réponse: 06/04/2020
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
26/03/2020 Recevable p.m.
 
Question    24 janvier, journée internationale du sport féminin.

Le gouvernement bruxellois a approuvé la répartition de 3,5 millions d'euros entre quelque 200 associations sportives à travers la Région”, avez-vous indiqué en octobre avec M. Gatz. Ces moyens permettront par exemple aux clubs bénéficiaires de lancer des initiatives pour encadrer des jeunes et contribuer à l'image nationale et internationale de la Région.

Dans la répartition et l’attribution des moyens dégagés, une attention particulière a-t-elle été portée à la dimension genrée du budget ? Selon quelle méthodologie ?

Pourriez-vous me faire savoir quelle est la ventilation de ces subsides ?

Existe-t-il dans votre cabinet une réflexion sur les questions de budget et de sport féminin ?
 
 
Réponse    1. Les projets contribuant à promouvoir le sport féminin et la parité homme-femme sont valorisés au moment de leur analyse et par conséquent au niveau du montant octroyé. Les projets sont côtés selon une grille comportant 10 critères, dont un portant sur l’impact du projet sur le mainstreaming de l’égalité des chances, l’égalité de genre y compris.


2. Je voudrais me référer à la liste reprenant tous les clubs sportifs subsidiés qui a déjà été communiquée lors de précédentes questions parlementaires à ce sujet. Parmi ceux-ci, 9 initiatives concernent exclusivement le sport féminin, impliquant plus de 1.700 femmes et filles:

- FC Femina White Star Woluwe;
- Iris Ladies Soccer School;
- Ganshoren Dames Basket;
- Ixelles Volley Club;
- Europa Gym;
- Racing White Daring Molenbeek Girls;
- Molem Sport;
- Brussels GR;
- Venus Gym Club Ganshoren.


En ce qui concerne les autres initiatives subventionnées, 80% d’entre elles s’adressent à plus de 14.000 jeunes filles qui y sont affiliées et pratiquent un sport parmi 25 disciplines distinctes.

Au total, nous constatons une augmentation de 15% de filles soutenues à travers cet appel à projets, par rapport à 2018. De plus, le ratio filles-garçons enregistre aussi une tendance positive vers plus de parité: 2017: 25% - 75%; 2018: 30%-70%; 2019: 32,5%-67,5%.



3. Il faut tenir compte du fait que le sport en général, et le sport féminin en particulier, au sens de promouvoir, d’organiser, d’encourager et d’encadrer l’activité physique et sportive auprès de la population, est une compétence communautaire en Fédération Wallonie-Bruxelles et en Communauté flamande.

L’appel à projets concerné évite donc toute interférence possible avec une politique sportive, telle qu’établie par les instances compétentes.

Il a plutôt comme ambition d’utiliser les nombreuses perspectives qu'offrent l'expérience sportive et l’impact que le sport a sur la population et sur le monde entier, comme levier pour réaliser les objectifs de la Région de Bruxelles-Capitale en matière de promotion de son image, de développement de son identité et de revitalisation urbaine.

Depuis 2006, année de lancement de cet ambitieux programme, il a soutenu le développement d’une dynamique sportive contribuant au rayonnement national et international de la Région de Bruxelles-Capitale et au bien-être de ses habitants.

Le « sport » permet d’offrir une base, un mode de vie sain pour les jeunes. Il est vecteur d’intégration et de cohésion sociale, leur permettant, de façon individuelle ou collective, d’être porteurs d’une identité typiquement bruxelloise où la solidarité, l’émancipation, l’intégration et la diversité représentent un élément majeur.


Nous prêtons attention à la dimension « genre » de cette politique. Comme pour toutes les politiques régionales et les moyens y réservés, nous avons effectué un analyse de genre au moment de la confection du budget (gender budgeting). Un test « mainstreaming de l’égalité des chances » a été aussi effectué. Via ces deux outils nous avons mis en évidence la force transformatrice de cet appel à projets pour les jeunes bruxelloises (en témoignent l’augmentation du nombre de sportives et la diminution de l’écart fille-garçon ces dernières années), mais aussi les actions à mener afin que ces tendances se poursuivent.

Nous continuerons en particulier à valoriser l’aspect « égalité des chances » lors des prochains appels à projets. Par ailleurs, le règlement mentionnera expressément l’obligation des clubs sportifs de s’engager fermement contre toutes les formes de discrimination quelles qu’elles soient. Nous continuerons à collecter des indicateurs nous permettant d’évaluer quantitativement et qualitativement l’impact de notre politique sur les jeunes femmes et filles bruxelloises et nourrir notre réflexion lors de l’attribution des subventions.

De plus, je tiens toutefois à faire remarquer que s’il s’agit de veiller attentivement au « gender equality » ainsi qu’à l’absence de discrimination quelle qu’elle soit dans le sport et dans les actions soutenues, nous devons toujours veiller à ce que le projet soit cohérent en matière de promotion de l’image de Région de Bruxelles-Capitale.

La dynamique sportive apporte énormément à la Région de Bruxelles-Capitale. Elle contribue à son rayonnement national et international, ainsi qu’au bien-être de ses habitants, femmes et hommes confondus.

Cette dynamique sportive, le sport avec un grand « s » a le pouvoir de changer des vies. En enseignant aux femmes et aux filles le travail d’équipe, l’autonomie, la résilience et la confiance en soi, le sport est l’un des principaux moteurs de l’égalité.