Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant l’implantation et le financement du futur centre régional pour usagers de drogues.

de
Mathias Vanden Borre
à
Rudi Vervoort, ministre-président du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargé du développement territorial et de la rénovation urbaine, du tourisme, de la promotion de l'image de Bruxelles et du biculturel d'intérêt régional (question n°280)

 
Date de réception: 06/07/2020 Date de publication: 11/08/2020
Législature: 19/24 Session: 19/20 Date de réponse: 04/08/2020
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
10/07/2020 Recevable p.m.
 
Question    Début avril, la Société d’aménagement urbain (SAU) a lancé un concours d’architecture pour la construction du centre régional pour usagers de drogues. Ce centre sera implanté au 55 de l’avenue du Port, à côté du siège du Port de Bruxelles.

D’après le ministre-président, il s’agira d’un « centre intégré à très bas seuil d’accès, ce qui signifie qu’il acceptera les usagers sans condition, dans l’anonymat, en offrant une gratuité des services, en assurant un accueil 24h/24 et 7j/7, avec un accueil spécifique destiné aux femmes ». Il comportera des salles de consommation, bien qu’elles soient contraires à la loi fédérale sur les drogues.

Bruxelles Prévention & sécurité financera la totalité du projet pour 12,3 millions d’euros. Le financement de ce projet n’est pas tout à fait clair à mes yeux. Ainsi, par un arrêté du 8 décembre 2016, le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a accordé une subvention de 5 millions d’euros – provenant du Fonds Sommets européens – à l’asbl Transit en vue de la création d’un centre intégré pour usagers de drogues. Au sein du comité de coopération, où la RBC se concerte avec le fédéral au sujet de l’affectation du Fonds Sommets européens, le lien direct entre la subvention au profit de l’asbl Transit et la sécurité des sommets européens a déjà été questionné.

En collaboration avec l’asbl Transit, la Ville de Bruxelles ouvrira elle aussi bientôt une salle de consommation. La Ville de Bruxelles ne souhaite pas encore divulguer où, précisément, cette salle de consommation sera installée afin de ne pas inquiéter le quartier, mais selon la presse elle s’installerait près d’Anneessens.

Je voudrais vous poser les questions suivantes à cet égard :

- Le centre s’installera donc au 55 de l’avenue du Port, juste à côté du siège du Port de Bruxelles et à 2 minutes à pied du bâtiment Herman Teirlinck de l’autorité flamande. La venue d’un centre pour usagers de drogues d’une telle ampleur aura un impact énorme sur la qualité de vie et la sécurité dans le quartier. La Région de Bruxelles-Capitale s’est-elle concertée avec l’autorité flamande au sujet de l’ouverture du centre pour usagers de drogues ?

o Dans l’affirmative, Quelles ont été les conclusions de cette concertation ?
o Dans la négative, n’est-il pas nécessaire d’entamer au plus vite une concertation avec l’autorité flamande, tant au niveau politique qu’administratif, afin de discuter de l’ouverture du centre ?

- Pouvez-vous clarifier le financement du projet, en particulier la subvention de 5 millions d’euros au profit de l’asbl Transit pour la création d’un centre pour usagers de drogues ? À combien est estimé le coût total de ce projet ?

- Savez-vous où le centre pour usagers de drogues de la Ville de Bruxelles sera implanté ?
o Dans la négative, pourquoi la Région de Bruxelles-Capitale et la Ville de Bruxelles ne se concertent-elles et/ou ne coordonnent-elles pas en ce qui concerne leurs projets ?
o Dans l’affirmative, où le centre pour usagers de drogues de la Ville de Bruxelles sera-t-il implanté ? En quoi le futur centre régional pour usagers de drogues diffère-t-il de celui de la Ville de Bruxelles ?
 
 
Réponse    Le Centre Intégré Transit de l’avenue du Port ouvrira ses portes en 2025, et complètera ainsi l’offre du premier Centre Transit situé rue Stephenson, 96 à 1000 Bruxelles.

Le Centre de la rue Stephenson a été inauguré en 1995 et porte déjà à lui seul neuf projets : le centre de crise (jour et hébergement), le comptoir LAIRR (Lieu d'Accueil, d'Information et de Réduction des Risques - Accès au matériel stérile), le travail en prison, les studios supervisés, le travail de rue, l’accès au logement social, le rôle d’Opérateur Régional Bruxelles Assuétudes (ORBA), les formations et l’Espace Femmes. Ces neuf projets sont menés dans un quartier résidentiel très calme depuis 25 ans qui ne pâtit en aucun cas de la présence de cette asbl en son sein. En effet, ni l’habitabilité, ni la sécurité de son environnement ne sont impactés.

Une consultation du quartier est bien entendu prévue au sujet du nouveau Centre Intégré Transit de l’avenue du Port. Elle aura lieu début 2021 et tant les résidents que les institutions environnantes seront rencontrés.

Pour ce qui concerne le montage budgétaire, le coût total du projet avoisine les 12,5 millions €, dont 5 sont financés par le FSE.

Quant au projet de salle de consommation à moindres risques de la Ville de Bruxelles, qui prévoit en plus d’un lieu sûr de consommation, également un véritable parcours de soins, il sera en effet situé dans le quartier Anneessens, et sachez qu’il est tout à fait concerté avec la Ville de Bruxelles. Il diffère du Centre Intégré Transit par le fait que ce dernier prévoit beaucoup plus de missions, tel qu’expliqué précédemment.