Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant les avancées Good Food réalisées grâce à la mise en uvre de projets visant les fruits et légumes produits localement.

de
Emin Özkara
à
Alain Maron, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale chargé de la transition climatique, de l'environnement, de l'énergie et de la démocratie participative (question n°464)

Matière(s):
 
Date de réception: 03/09/2020 Date de publication: 26/10/2020
Législature: 19/24 Session: 19/20 Date de réponse: 06/10/2020
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
04/09/2020 Recevable p.m.
 
Question    Sous la précédente législature, la Région bruxelloise lançait la stratégie Good Food (2016-2020) « Vers un système alimentaire durable en Région de Bruxelles-Capitale » portée par Bruxelles Environnement et la cellule Agriculture du SPRB. Pour rappel, la stratégie Good Food vise notamment à atteindre une autonomie de 30 % en fruits et légumes produits localement dans la zone urbaine et périurbaine de la Région de Bruxelles-Capitale d’ici 20351-2.

Ce 3 septembre 2020, je souhaiterais vous poser les questions suivantes
pour ce qui concerne l'agriculture urbaine professionnelle :

1. En ce qui concerne la mise en œuvre de projets visant les fruits et légumes produits localement, projet par projet, depuis 2018,

a. quels sont les projets intégrant des initiatives de production professionnelle (collectives ou individuelles) subventionnés ou soutenus par la Région bruxelloise qui visent les fruits et légumes produits localement ?
b. quelles sont les quantités de fruits et légumes déjà produites et récoltées ? Combien d'emplois bruxellois non délocalisables ont-ils été créés ? Quels sont les montants annuels consacrés à ces projets ? Quels sont les chiffres à disposition de Monsieur le Ministre sur le sujet ?

2. L'objectif de 5 % en fruits et légumes produits localement en 2020 (en zone urbaine et périurbaine) a-t-il été atteint3 ?

3. Monsieur le Ministre voudrait-il bien me renseigner sur les prochains évènements à caractère agricole auxquels participeront son cabinet et/ou la Région de Bruxelles-Capitale ?


1 La stratégie Good Food, https://www.goodfood.brussels/fr/content/la-strategie-good-food , consulté le 29 août 2020.
2 https://document.environnement.brussels/opac_css/elecfile/Strat_GoodFood_FR#page=33 , page 33, consulté le 29 août 2020.
3 Idem.
 
 
Réponse    1/

Concernant l’agriculture urbaine professionnelle, dans le cadre de l’appel à projets « production professionnelle Good Food » de Bruxelles Economie et Emploi, voici la liste des projets dont la demande de subvention visait la production de fruits et légumes :
- En 2018 : la Coopérative du Chant des Cailles (25.000€); Commune Racine (25.000€) ; Urban Harvest (25.000€); Cycle Farm (20.000€), BIGH (20.000€), Akebia (13.300€), Fruit time (5.000€).
- En 2019 : Radiskale (25.000€); Courtileke (10.000€); Smala Farming (19.500€); Ferme Nos Pilifs (25.000€) ; la Grange en ville (9.200€); Cycle Farm (25.000€); la Coopérative du Chant des Cailles (9.000€) ; Atelier Groot Eiland (20.000€); Microflavours (2.500€); Urban Harvest (20.000€) ; Urbi leaf (20.000€).

Une liste exhaustive des subventions accordées est disponible sur le site de Bruxelles Economie et Emploi.

Les lauréats de l’appel à projets 2020 ne sont pas encore connus.

Le
Facilitateur bruxellois en agricultures urbaines est un service d’information et d’accompagnement pour le développement des projets bruxellois en agriculture urbaine, opérationnel depuis 2018. 20% des guidances données par le Facilitateur émanent de demandes d’agriculteurs urbains (pas uniquement maraichage). Le budget annuel dédié au Facilitateur est de +-77.000€ TVAC.


2/

Le secteur de l’agriculture urbaine bruxelloise est en pleine croissance. Il est à noter une augmentation significative des entreprises d’agriculture urbaine professionnelles en Région de Bruxelles-Capitale (RBC), de 16 en 2015 à une quarantaine en 2020. Le développement est foisonnant : organisation en coopérative de producteurs, type et mode de production variées (maraichage, élevage d’insectes, culture de champignons, aquaponie, … en production verticale, hors sol, sur toit, …), etc. Des projets, généralement multifonctionnels, qui produisent aussi des services dans les domaines de l’éducation, de la santé, du lien social, de la culture, de l’environnement, etc.

Une étude
1 a été réalisée début 2018 afin d’évaluer la production agricole primaire professionnelle en RBC. Il s’agit des derniers chiffres disponibles. Ainsi, en 2017, la production primaire de 13 entreprises d’agriculture urbaine bruxelloises (maraichage et champignons) s’élevait à +-140 tonnes soit 0,13% de la demande bruxelloise. La production pour l’ensemble des 32 entreprises agricoles urbaines existantes à l’époque n’a pas pu être analysée. Ce chiffre donne néanmoins une idée du pourcentage atteint. Les agriculteurs conventionnels, quant à eux, ne font peu, voire pas, de maraichage. Il s’agit principalement d’une culture céréalière, qui ne nourrit pas Bruxelles.

L’étude comptabilise également l’équivalent de 61 ETP pour 16 entreprises d’agriculture urbaine (maraichage et élevage). L’étude n’a pas pu aller à la rencontre de l’ensemble des 32 entreprises agricoles urbaines bruxelloises. Ce chiffre de 61 ETP ne prend donc pas en compte l’ensemble de la réalité. De plus, 32 agriculteurs conventionnels supplémentaires cultivent également des terres à Bruxelles. Ceux-ci génèrent probablement d’autres emplois (in)directs (famille, ouvriers agricoles, etc.). Ces emplois ne sont pas non plus comptabilisés dans l’étude.

Les chiffres ci-dessus concernent uniquement les entreprises agricoles bruxelloises et non les entreprises agricoles travaillant dans les circuits-courts en périphérie bruxelloise.

L’année 2020 est dédiée à l’évaluation des actions qui ont été menées dans le cadre de la stratégie Good Food depuis son lancement. Cette évaluation et les réflexions qui en découleront serviront de base pour la construction de la suite de la stratégie qui sera lancée début 2022. Davantage de conclusions seront donc disponibles d’ici quelques mois.


3/

Les chiffres les plus récents datant de 2018, il n’est pas possible de dire, à l’heure actuelle, si l’objectif de 5% de production locale en fruits et légumes d’ici 2020 a été atteint.

Les résultats de l’évaluation de la Stratégie Good Food pourront nous en apprendre davantage d’ici quelques mois. Cependant, il ressort déjà de plusieurs analyses qu’il est très difficile de déterminer un pourcentage des productions locales pour plusieurs raisons. Tout d’abord, estimer la production primaire par type de légume et par surfaces allouées représente un temps de travail conséquent que peu de producteurs sont disposés à investir. De plus, il est difficile pour certaines entreprises, relativement jeunes, de réaliser une comptabilité agricole permettant d’avoir accès à des données stables et d’avoir du recul sur leurs flux de production.


4/

Le prochain événement sur le sujet de l’agriculture urbaine bruxelloise auquel assistera mon cabinet sera la colloque organisé par le parlement bruxellois sur ce sujet, le 06 octobre 2020.


1 « Evaluation de la production agricole primaire professionnelle en Région de Bruxelles Capitale», Laboratoire d’agroécologie, Université Libre de Bruxelles, 2018.