Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant l'Handivélo en Région bruxelloise

de
Dominique Dufourny
à
Elke Van den Brandt, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargée de la mobilité, des travaux publics et de la sécurité routière (question n°534)

 
Date de réception: 07/09/2020 Date de publication: 26/10/2020
Législature: 19/24 Session: 19/20 Date de réponse: 13/10/2020
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
10/09/2020 Recevable p.m.
 
Question    Entre la pandémie Covid-19, peur des transports en commun, et besoin d’activité physique: beaucoup de bruxellois ont retrouvé le goût du vélo ces derniers mois. Pourtant, les personnes en situation de handicap n’ont pas forcément accès à des équipements adaptés, notamment chez les loueurs de vélos, tel que par exemple, Villo.

La plupart du temps, on ne voit pas ou que rarement les personnes atteintes dans leur mobilité, car elles ne sortent pas beaucoup. Toutefois, si on se pose simplement la question «pourquoi ?», la réponse est simple: car ils n’en ont pas la possibilité ou peu…

Afin de changer cela, une association locale au Cap d’Agde, en Occitanie, en collaboration avec un loueur de vélos ont décidé de mettre tout en œuvre pour que ces personnes puissent être davantage autonomes et s’intégrer encore plus dans le monde des valides. En effet, le dispositif handivélo est monté sur un fat bike confortable à grosses roues, doté d’une assistance électrique et équipé d’un bras à la place du guidon qui se fixe et s’adapte à n’importe quel fauteuil mais également idéal pour le tout-terrain.

Dès lors, Madame la Ministre, je souhaiterais aborder avec vous les éléments suivants :

1. Avez-vous déjà pris connaissance de cette problématique et des différents besoins exprimés dans ce domaine par les personnes en situation de handicap ?

2. Quels sont les dispositifs déployer pour les personnes en situation de handicap de circuler en vélo en Région bruxelloise ?

3. Des concertations avec les associations actives dans ce secteur, Villo et/ou d’autres loueurs de vélo ont-elles été menées par votre administration ? Dans l’affirmative quelle conclusion pouvez-vous nous communiquer à ce stade ?
 
 
Réponse    Dans l’esprit de l’Ordonnance Handistreaming, Bruxelles Mobilité a mis sur pied un groupe de travail afin d’étudier la possibilité de proposer une offre « vélo » spécifiquement dédiée à des personnes en situation de handicap. Ce groupe de travail regroupe le CAWAB et plusieurs associations cyclistes.


Cyclo et Pro Velo disposent de tandems qu’ils mettent à disposition de personnes déficientes visuelles. Pour d’autres types de vélos adaptés, Cyclo et Pro Velo renvoient à Almagic qui dispose d’un large éventail de véhicules adaptés et peut offrir un accompagnement sur mesure.

Par ailleurs, grâce à un subside d’Equals, Pro Velo a organisé cette année deux visites guidées pour des personnes en situation de handicap. Ces visites ont été préparées en partenariat avec Almagic : des vélos adaptés ont été mis à disposition et un parcours sur mesure a été déterminé. Almagic a également formé les guides Pro Velo. Malheureusement, ces deux visites n'ont attiré aucun participant, et ce, malgré une campagne de communication réalisée avec plusieurs partenaires clefs (Equal.brussels, Acces-i, Handy.brussels, CAWaB, Cyclone-A, etc.).

Aussi, dans le cadre de l’appel à projets de « Bruxelles en vacances » lancée cet été comme mesure covid pour soutenir les associations à animer les espaces publics, un projet pour les PMR a été retenu. A savoir, le projet de l’asbl Public offre aux personnes âgées et à mobilité réduite de profiter d’un voyage en Riksja électrique dans les alentours de Jette, Bruxelles et Heembeek. L’asbl examine comment inscrire ce projet dans le temps et comment étendre son territoire d’action.


Il est difficilement envisageable de proposer des vélos en libre-service via Villo, car la demande pour ce type de véhicules est trop faible. Par contre, l’offre en vélos adaptés que proposent les loueurs « classiques » (tels Cyclo et Pro Velo) pourrait éventuellement être renforcée.

Il s’avère par ailleurs pertinent de déterminer avec Pro Velo la suite à donner aux deux visites guidées qui n’ont malheureusement pas attiré le public escompté. Pro Velo étudie, en effet, la possibilité d’organiser ce type de visites à la demande de groupes et envisage de faire certifier le parcours de ces visites. Il convient également de réfléchir à d’autres façons d’attirer le public cible.