Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant la diversité au sein de l'organisme régional SIAMU.

de
Nadia El Yousfi
à
Pascal Smet, secrétaire d'État à la Région de Bruxelles-Capitale, chargé de l'urbanisme et du patrimoine, des relations européennes et internationales, du commerce extérieur et de la lutte contre l'incendie et l'aide médicale urgente (question n°250)

 
Date de réception: 09/09/2020 Date de publication: 11/11/2020
Législature: 19/24 Session: 19/20 Date de réponse: 15/10/2020
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
29/09/2020 Recevable p.m.
 
Question    L’égalité des chances, serait d’après l’écrivain Denis Guedj, réservée à celles et ceux qui ont de la chance. Ce trait d’esprit imbibé d’ironie est malheureusement l’une des facettes de la réalité bruxelloise, et il nous invite à constamment questionner nos politiques favorisant la diversité. Je suis active sur ce dossier depuis déjà une quinzaine d’années, ayant conscience que la lutte contre les discriminations est une lutte qui ne connaitra malencontreusement jamais de fin, il nous faut néanmoins continuer à mener des politiques ambitieuses.

Les plans de diversité se suivent et les résultats ne peuvent pas encore nous inviter à nous installer dans une attitude jubilatoire et festive. Des pans entiers de notre société, ô combien riche et complexe, continuent à être touchés par cette bactérie qu’est le racisme. Ce constat est partagé dans de nombreuses entreprises bruxelloises.

Il existe des outils à notre disposition et l’ordonnance du 4 septembre 2008, relative à la lutte contre la discrimination et à l’égalité de traitement en matière d’emploi, fait partie de ces outils qu’il nous faut utiliser avant tout au sein de nos organismes régionaux. Nous savons que l’article 3 de cette ordonnance a également pour objectif de créer un cadre général pour promouvoir l’égalité des chances dans le cadre de la politique régionale de l’emploi, et que l’article 7 paragraphe premier, lui, interdit toute discrimination directe ou indirecte. Je m’interroge donc sur l’état des lieux au sein même de nos administrations, et particulièrement dans les strates les plus élevés de l’organigramme.

Mes questions sont les suivantes :

- Prévoyez-vous une nouvelle politique de recrutement dans cet organisme régional afin d’améliorer la diversité dans les postes à responsabilités ?
 
 
Réponse    Le Siamu dispose depuis 2012 de 4 plans Diversité et d’une charte Diversité depuis 2016. Toutes les actions reprises dans les plans Diversité veillent au respect des différentes législations anti-discriminations et égalité des chances ainsi que des objectifs de l’ordonnance Diversité.

Au SIAMU, il existe :
- un cadre opérationnel (1115 agents)
- un cadre administratif (213 agents)
Pour ce qui concerne le recrutement des postes à responsabilités, 8 mandataires sont prévus et leur recrutement est organisé, de manière indépendante, par Talent.Brussels.

Les 8 mandataires sont repartis à raison de :
- 5 mandataires issus du cadre opérationnel (dont 4 sont actuellement occupés)
- 3 mandataires issus du cadre administratif (dont 1 est actuellement pourvu).
La répartition linguistique, à savoir 50% de mandataires francophones et 50 % de mandataires néerlandophones est respectée.

Pour l’instant aucune femme n’est mandataire et aucune femme ne fait partie du Conseil de Direction qui outre les 5 mandataires en place est complété par le directeur RH.

C’est également Talent qui se charge du recrutement des agent.e.s statutaires administratif.ve.s et opérationnel.les.
Le Siamu quant à lui est chargé de l’engagement des agent.e.s contractuel.les du cadre administratif et veille également au respect des législations anti-discrimination et égalité des chances.

Le service RH du Siamu et Talent veillent au respect de la parité hommes-femmes dans les jurys et pratiquent ensemble une politique diversité inclusive.

Pour ce qui concerne les autres postes à responsabilité (Niveaux A administratifs et opérationnels), le SIAMU et Talent se basent sur la description de la fonction à pourvoir et des compétences indispensables à l’exercice de la fonction.

Une attention particulière est apportée au respect de la législation en ce qui concerne les 19 critères protégés par la loi.

Dans le cadre administratif, plus de femmes que d’hommes exercent des fonctions de niveau A.
Du côté francophone, il y a 15 attaché.e.s niveau A (5 hommes et 10 femmes).

Du côté néerlandophone, il y a 8 attaché.e.s niveau A (5 hommes et 3 femmes).

Bien entendu, une attention particulière est accordée pour que ces personnes représentent effectivement la diversité bruxelloise.

Dans le cadre opérationnel, il faut tenir compte du fait qu’il faut être belge pour les grades d’officier.ère.s, ce qui limite les possibilités de diversité.

Les premières pompières sont arrivées en 2004.

A ce jour, le SIAMU compte 8 pompières sur un cadre de 1072 agents opérationnels (pompiers), soit 0,75 %.
En ce qui concerne les officières, elles sont 3 sur un ensemble de 43 agents (soit 6,98 %) : 2 femmes parmi les 20 capitaines, 1 femme parmi les 18 majors et aucune femme n’est colonel parmi les 5.

Récemment, un audit de diversité a été lancé en collaboration avec mon cabinet. Un des objectifs de cet audit est de mieux comprendre la répartition de la diversité au niveau des agents opérationnels et administratifs. Les résultats et les recommandations de cet audit, attendus début 2021 au plus tard, permettront la réalisation de plusieurs actions en vue d’assurer une meilleure représentation de la diversité bruxelloise au sein du SIAMU, notamment pour les fonctions dirigeantes.