Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant la viande végétale en Région bruxelloise.

de
Dominique Dufourny
à
Alain Maron, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale chargé de la transition climatique, de l'environnement, de l'énergie et de la démocratie participative (question n°547)

 
Date de réception: 05/10/2020 Date de publication: 14/01/2021
Législature: 19/24 Session: 20/21 Date de réponse: 08/12/2020
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
10/11/2020 Recevable p.m.
 
Question    L’alimentation, qui s’inscrit dans l’histoire, la géographie et la culture de notre pays, occupe toujours une place particulière. En effet, pour nos concitoyens, il ne s’agit pas seulement d’un acte vital, mais aussi d’un plaisir à partager et d’un vecteur de lien social.

De nouveaux produits innovants arrivent sur le marché et offrent des alternatives intéressantes. C’est notamment le cas de la viande végétale, un procédé qui a jadis vu le jour aux Pays-Bas, en Angleterre et récemment en France. Son processus de fabrication permet à partir de végétaux, d’obtenir une texture similaire à la viande. La majorité de ces substituts est à la base de soja, de blé, de céréales, de petits poids, de plantes photosynthétiques diverses (Rubisco), de cultures bactériennes ou fongiques (tel que le Quorn) qui sont dénaturées par traitement chimique et mécanique pour obtenir un produit ayant la forme d’une viande qui est ensuite aromatisée.

L’un des objectifs de la stratégie régionale Good Food de Bruxelles Environnement vise à placer l’alimentation au cœur de la dynamique urbaine, en l’abordant dans toutes ses dimensions, économiques, sociales et environnementales. Or l’alternative évoquée s’inscrit dans une pensée à favoriser les systèmes alimentaires de demain.

Toutefois, aucun programme et/ou projet visant la viande végétale n’a à ce jour été proposé. Or il serait pertinent et opportun, compte tenu de la concentration importante d’entreprises agroalimentaire sur notre territoire, de les encourager à s’y intéresser, voire d’y investir. Dans ce cadre, des opportunités sont certainement à saisir, tant sur le plan économique que dans le développement de la production alimentaire.

Dès lors, je souhaiterais aborder avec vous les éléments suivants :

1. Connaissez-vous cette alternative et les avantages qu’il pourrait apporter dans le futur ?

2. Quels sont les outils régionaux et les moyens actuellement alloués dans le développement relative à la viande végétale ? La Région a-t-elle procédé, via Bruxelles Environnement ou tout autre organisme, à un suivi des projets financés aux moyens de fonds publics ?

3. Est-ce-que des concertations et/ou des collaborations avec des entreprises agroalimentaire, des boucheries, ont-elles été menées par votre administration afin de les sensibiliser sur la viande végétale ?

4. Enfin, un tel déploiement est-il envisageable en Région bruxelloise ?
 
 
Réponse    1/

La viande végétale est bien connue de mon administration.

La redéfinition de notre système alimentaire dans sa globalité vers des modes de production, transformation, distribution, consommation plus durables, sains et accessibles, est une question hautement complexe, en ce qu’elle convoque les thématiques de la santé, de l’environnement, de la culture, du goût, de l’éthique, du travail, de l’économie, …

Ainsi, la question de la « viande végétale » doit être attentivement analysée au regard de chacune de ces thématiques.

A ce jour, la stratégie Good Food encourage une adaptation du régime alimentaire par un rééquilibrage de l’assiette qui comprend une augmentation des protéines végétales et une réduction des protéines animales. Elle fait le pari de la redécouverte de la diversité des aliments et de saveurs nouvelles, grâce aux légumineuses, noix, graines, produits protéinés traditionnels, …


2/

A ce jour, il n’y a pas d’outils et moyens alloués en Région bruxelloise au développement de la viande végétale.


3/

Aucune action n’est menée pour sensibiliser les acteurs cités à la viande végétale. Le bottin Good Food reprend toutefois des producteurs de burgers végétaux bruxellois.


4/

Le soutien régional BE. CIRCULAR se prête au développement d’un projet de transformation bruxellois innovant et dont l’impact environnemental est objectivé.