Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant la formation des premières ligne d'écoute violences faites aux femmes aux cyberviolences.

de
Margaux De Ré
à
Nawal Ben Hamou, secrétaire d'État à la Région de Bruxelles-Capitale en charge du logement et de l'égalité des Chances (question n°505)

 
Date de réception: 19/02/2021 Date de publication: 23/04/2021
Législature: 19/24 Session: 20/21 Date de réponse: 07/04/2021
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
01/03/2021 Recevable p.m.
 
Question    Lors de la commisson du 9 février 2021, vous avez indiqué concernant L’association SOS Viol que ;

“L’association gère également un service d’écoute gratuit sur les violences sexuelles: le numéro vert 0800 98 100. En 2019, ce service a reçu 2.491 appels, dont 25% ont donné lieu à une réorientation vers un service plus adapté en fonction de la situation ou de la localisation de l’appelant; 44%, à une proposition de consultation, soit sur place, soit sous la forme d’un rendez-vous téléphonique avec les services juridiques, sociaux ou psychologiques; et 14%, à un rappel ultérieur afin d’obtenir une précision sur la demande formulée pendant l’appel. Enfin, 13% consistaient en une permanence téléphonique et 4% n’ont donné lieu à aucun suivi.Dans le cadre d'une réorientation, les services suivants sont proposés: police, service d’assistance policière aux victimes (SAPV), SOS Enfants, centre de prise en charge des violences sexuelles (CPVS), service d’aide aux victimes, médecin, hôpital, avocat, centre de planning familial”

Mes questions sont les suivantes :

- Qu’en est-il en ce qui concerne les cyberviolences sexuelles ? Est-ce que les équipes sont formées et outillées pour ce type de violences ?
- Existe-t-il des statistiques quant aux appels liés à ces questions de violences en ligne ?
- Quelles autres dispositifs, solutions et soutiens sont à disposition des victimes de cyberviolences sexuelles ?
 
 
Réponse    Comme indiqué en commission le 9 février dernier, la réponse à laquelle vous faites référence, a été fournie par le Ministre-Président, Monsieur Rudi Vervoort. Par conséquent, je vous invite à lui poser cette question.