Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant le manque de services en néerlandais à urban.brussels.

de
Mathias Vanden Borre
à
Pascal Smet, secrétaire d'État à la Région de Bruxelles-Capitale, chargé de l'urbanisme et du patrimoine, des relations européennes et internationales, du commerce extérieur et de la lutte contre l'incendie et l'aide médicale urgente (question n°428)

 
Date de réception: 03/05/2021 Date de publication: 08/06/2021
Législature: 19/24 Session: 20/21 Date de réponse: 31/05/2021
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
07/05/2021 Recevable p.m.
 
Question    Votre réponse de mars 2020 à une question écrite de M. Coomans de Brachène révèle qu’Urban éprouve des difficultés à attirer certains profils, notamment certains postes du rôle linguistique néerlandais, à cause de pénuries sur le marché du travail. Par ailleurs, vous indiquez que depuis la création d’Urban le 7 juillet 2017, 89 engagements ont été réalisés et que les sélections pour les 30 postes « mise en œuvre du nouveau CoBAT » inscrits au plan du personnel 2019 ont été initiées.
Ce qui précède semble être confirmé par les anecdotes que j’entends de la part de Bruxellois néerlandophones, et suggère qu’il y a une sérieuse sous-représentation de néerlandophones au sein de cette agence. Cela a évidemment un impact négatif sur l’offre de services aux nombreux Bruxellois néerlandophones, qui ne peut ainsi être garantie. Les conséquences peuvent être graves, notamment un retard dans les travaux de construction et, par conséquent, un choix difficile entre payer un loyer supplémentaire pendant plusieurs mois ou perdre plus de 10.000 euros de primes afin de pouvoir poursuivre la rénovation. Cela montre une fois de plus que les néerlandophones sont trop souvent traités comme des citoyens de seconde zone dans leur propre capitale, avec toutes les conséquences financières et autres que cela implique.
Je voudrais dès lors vous poser les questions suivantes :
1. Sur les 89 collaborateurs engagés depuis le 7 juillet 2017, combien sont inscrits au rôle linguistique néerlandais ?
2. Combien des 30 postes prévus pour la mise en œuvre du nouveau CoBAT ont-ils été pourvus entre-temps ? Quel est le rapport FR/NL ?
3. Quelle est la proportion totale de néerlandophones par rapport aux francophones au sein d’urban.brussels ? Dans quelle mesure cela correspond-il au cadre linguistique établi par le gouvernement ?
4. Quelles autres actions allez-vous entreprendre pour augmenter le nombre de néerlandophones au sein d’urban.brussels ?
 
 
Réponse    Du 7 juillet 2017 au 1er mai 2021, Urban a engagé 27 collaborateurs de rôle linguistique néerlandophone.

Le plan de personnel 2019 de Urban prévoyait le recrutement de 30 ETP pour l’implantation des dispositions du CoBAT. 29 postes ont été remplis au 1er mai 2021, dont 9 néerlandophones pour 20 francophones. Un poste d’assistant n’a pas été pourvu, pour lequel une nouvelle procédure doit être lancée.

Au 1er mai 2021, Urban comptait 76 % de ses membres de personnel dans le rôle linguistique francophone pour 24 % dans le rôle néerlandophone. Pour rappel, le cadre linguistique fixe un ratio de 71,71 % de francophones pour 28,8 % de néerlandophones.

Pour augmenter cette dernière part de 4,28 %, les postes de travail vacants nécessaires ont été réservés à des néerlandophones et des appels à candidature ont été lancés. Urban est ainsi parvenu à augmenter significativement le recrutement de néerlandophones en 2020 et 2021.

Parmi les récents recrutements dans le cadre du plan de personnel 2013 (voir plus haut), 31 % des postes ont ainsi été pourvus par des néerlandophones (9 sur 29).

Urban a en outre élargi des canaux de communication pour mieux toucher le public néerlandophone et poursuit ses efforts pour atteindre cet objectif.