Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant les commerces en crise du centre-ville à 1000 Bruxelles

de
Emin Özkara
à
Bernard Clerfayt, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale chargé de l'emploi et de la formation professionnelle, de la transition numérique, des pouvoirs locaux et du bien-être animal (question n°793)

 
Date de réception: 20/09/2021 Date de publication: 26/10/2021
Législature: 19/24 Session: 21/22 Date de réponse: 15/10/2021
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
22/09/2021 Recevable p.m.
 
Question    Vous n'êtes pas sans savoir que cette crise extraordinaire de la Covid-19 à de nombreuses conséquences négatives sur notre économie régionale et nos économies de quartier.

Parmi ces conséquences négatives, nous pouvons citer le manque de touristes et par corollaire le manque de clients, mais aussi le manque de main-d'œuvre dans divers secteurs notamment, dans le secteur Horeca. Ainsi, c'est tout un pan de notre économie liée aux secteurs du tourisme et de l'Horeca qui est entrain de s'écrouler sous nos yeux. Nous pouvons citer par exemple des commerces du centre-ville tels que : des marchands de souvenirs, des vendeurs de gaufres et/ou de chocolats, des snacks et des cafés et bars qui comptent les clients sur les doigts de la main!

Autres conséquences de ce manque de clients qui me reviennent, certains magasins n'ouvriraient leurs portes que le week-end, des cafés auraient fait faillite et certains commerçants, pourtant bel et bien en activité, n'entreraient pas dans toutes les conditions requises pour être aidés par la Région.

Ce 20 septembre 2021, je souhaite donc vous poser la question suivante :

  • Des mesures supplémentaires à celles déjà annoncées en Commission sont-elles à l’étude par votre cabinet ou votre administration afin de permettre aux commerçants et indépendants de disposer de et/ou d'engager au plus vite la main-d'œuvre nécessaire à la bonne marche des affaires ?

 
 
Réponse    Il n’y a pas de nouvelles mesures supplémentaires qui sont à l’étude à ce jour pour permettre aux commerçants et indépendants de disposer et/ou d’engager au plus vite la main d’œuvre nécessaire à la bonne marche des affaires.