Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant la perception du plan "Good Move" au sein de la population bruxelloise

de
Dominiek Lootens-Stael
à
Elke Van den Brandt, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargée de la mobilité, des travaux publics et de la sécurité routière (question n°1139)

 
Date de réception: 18/01/2022 Date de publication: 18/03/2022
Législature: 19/24 Session: 21/22 Date de réponse: 14/03/2022
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
20/01/2022 Recevable Bureau élargi du Parlement
 
Question   

Fin 2019, le gouvernement bruxellois a définitivement approuvé le plan Good Move, le plan régional de mobilité pour les dix prochaines années. D’après ce plan, l'utilisation de la voiture doit diminuer dans les années à venir et davantage d'espace doit être mis à la disposition des usagers vulnérables. À cette fin, des dizaines de milliers de places de stationnement devront être supprimées en voirie dans les années à venir.

Une enquête de Bruxelles Mobilité de 2019 sur la perception du plan Good Move complétée par 8.279 citoyens révèle que trois répondants sur quatre sont favorables au plan. Ces résultats positifs ont constitué un argument en faveur de l'adoption du plan à l'époque. Ce résultat contraste avec l'enquête plus récente menée par l'association d'automobilistes "Mauto Défense" auprès de 17.862 répondants en 2021. Il en ressort que 63,2% des Bruxellois interrogés n'ont jamais entendu parler du plan Good Move. Parmi les Bruxellois interrogés qui ont bien entendu parler de Good Move (37,7%), seule une personne sur trois semble être favorable au plan.

  • Comment expliquez-vous ces différences majeures entre les deux enquêtes ?

  • En tant que ministre compétente, avez-vous l'intention de mener une nouvelle enquête dans les prochains mois pour évaluer les premières réalisations du plan Good Move ? Dans l’affirmative, de quelle manière et dans quelles circonstances ?

 

 

 
 
Réponse    Une enquête publique s’inscrit dans un processus officiel et vise à informer la population de l’existence d’un projet, tout en permettant aux citoyens ou à des groupes spécifiques – qui le souhaitent – de marquer leur soutien ou leur opposition à un projet et/ou d’indiquer des aspects qu’il conviendrait de corriger ou de mieux prendre en considération. L’enquête publique relative au plan Good Move a été diffusée très largement, à la fois en ligne et hors ligne, afin d’atteindre toutes les couches de la société.

Au-delà des plus de 8.000 réactions de citoyens – ce qui constitue un taux de réaction inédit pour une enquête publique ! –, près de 200 entités morales (associations de tout bord, représentations sectorielles, communes, etc.) ont aussi remis un avis sur le projet de plan régional de mobilité. Ainsi, l’ensemble de ces réactions, prises ensemble, couvrent un très large spectre de la population. Celles-ci ont permis d’adapter la première version du Plan régional de Mobilité.

Ses auteurs affirment que les résultats qu’ils en tirent concernent l’ensemble de la population bruxelloise, ce qui n’est pas démontré.
Le recrutement des participants de l’enquête pose d’emblée question : il est évident qu’en diffusant l’appel à participation principalement via les réseaux sociaux de Mauto Défense, l’on touche un public très spécifique qui est loin d’être représentatif de la population bruxelloise. À cet égard, il est révélateur que :
· 96,4 % des répondants à l’enquête possèdent un véhicule motorisé (cf. page 8 du rapport de l’enquête de Mauto Défense), alors que 53% des ménages bruxellois possèdent une voiture.
· De même, les catégories d’âge, de genre, de composition de ménage, de répartition linguistique des répondants ne sont pas représentatives de la population bruxelloise (ainsi que de celles des navetteurs).
En fait, ce sondage ne représente, dans le meilleur des cas, que l’opinion des sympathisants de Mauto Défense.

Afin d’améliorer la connaissance des comportements de mobilité et d’estimer le niveau de satisfaction des différents usagers, Bruxelles Mobilité réalise actuellement les enquêtes suivantes :
· Une enquête d’envergure sur les comportements de déplacement auprès de 8000 Bruxellois afin d’actualiser les données de l’enquête Beldam datant de 2010, Cette enquête en cours est réalisée avec la Région Flamande ; les premiers résultats sont attendus pour la fin de cette année ou le début de l’année prochaine ;
· Le Baromètre de la mobilité relatif à la satisfaction des différents usagers en fonction de leurs modes de déplacement principaux. La récolte a eu lieu à la fin de l’année dernière ; les analyses sont en cours. Les premiers résultats devraient être publiés prochainement ;
· Le Baromètre de satisfaction des usagers de la STIB a lieu chaque année ;
· Enfin, une étude visant à objectiver les besoins des Bruxellois de disposer d’une voiture vient d’être lancée ; les résultats de celle-ci sont attendus pour la fin de cette année.