Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant l'évaluation des pistes cyclables dites "corona" et le point sur les demandes de permis

de
Dominiek Lootens-Stael
à
Elke Van den Brandt, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargée de la mobilité, des travaux publics et de la sécurité routière (question n°1151)

 
Date de réception: 19/01/2022 Date de publication: 18/03/2022
Législature: 19/24 Session: 21/22 Date de réponse: 15/03/2022
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
26/01/2022 Recevable Bureau élargi du Parlement
 
Question   

Un peu moins de 40 kilomètres d’aménagements cyclables provisoires, les pistes cyclables dites “corona”, ont été aménagées fin avril-début mai 2020. Elles ne peuvent rester en place que pendant deux ans. Toutefois, au moment où la demande de permis est introduite, la situation se fige jusqu'au réaménagement proprement dit.

La ministre peut-elle me donner un aperçu de l'évaluation effectuée sur les différents tronçons ?
L'utilisation est-elle contrôlée ?
Comment vérifie-t-on si l’aménagement crée des problèmes aux autres usagers ?

À certains endroits, des infrastures provisoires ont été aménagées là où il y avait déjà une piste cyclable.
Comment la ministre évalue-t-elle ces situations spécifiques ?

Où en sont les demandes de permis pour les différents tronçons ? Quelle est la suite du calendrier pour chaque tronçon ?

Certains tronçons seront-ils modifiés ou disparaîtront-ils ?

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Réponse    L'évaluation a été réalisée de différentes manières dès la mise en place des "pistes cyclables Corona" et sera mise à jour pour compléter les différents rapports d'incidence requis pour les demandes de permis.

J'ai également donné ces informations à plusieurs reprises, par exemple en réponse à la demande d’explication de M. Loewenstein en Commission Mobilité le 29 septembre 2020.

Les données sur les différents modes de transport sont collectées par : l'analyse des campagnes de comptage quinquennales ; des comptages ponctuels via des partenaires externes ; des observations sur site ; l'analyse d'enregistrements vidéo ; sur la base de floating car data (FCD) ; via les données des opérateurs GPS ; etc.

En plus de ce suivi quantitatif, une enquête de satisfaction a été réalisée au cours de l'année 2020-21.

Les comptages et les observations nous permettent d'identifier les problèmes éventuels de création d’embouteillages, de fluidité du trafic et de sécurité routière. L'évaluation était donc positive, certains projets ont été légèrement modifiés, mais en général les pistes cyclables ont eu un impact positif sur le trafic cycliste, souvent aussi pour les piétons (par exemple en éliminant les conflits entre eux) et l'impact sur le trafic automobile a été minime ou parfois même positif car les routes ont reçu un profil plus cohérent.


La plupart des pistes cyclables ont été construites dans des endroits où aucune infrastructure cyclable n'existait encore. Seulement quelques nouvelles pistes cyclables ont été aménagées sur des axes où il y avait des pistes cyclables qui ne répondaient pas aux exigences de qualité minimales pour un itinéraire cyclable sûr et confortable : le trottoir partagé avec les piétons sur l’avenue Dupuis était l'une des zones problématiques avant l'intervention, des cas similaires sur la Rue de la Loi et le Boulevard Lambermont, tout comme la piste cyclable sur la Chaussée de la Hulpe, qui était beaucoup trop étroite. Good Move vise une amélioration de la qualité dans l'infrastructure cyclable et cela nécessite presque toujours un espace supplémentaire, que nous essayons de trouver avec ces interventions.

Des comptages ont aussi été réalisés tant sur les nouvelles pistes cyclables que sur les existantes, ce qui a permis de mettre en évidence qu’une majorité des usagers préfèrent utiliser la nouvelle infrastructure, plus cohérente et rapide.

Pour ces axes, l'intention à terme est bien sûr d'inclure la piste cyclable existante dans un réaménagement qui utilise l'espace supplémentaire gagné pour une infrastructure cyclable et piétonne plus qualitative, mais où une seule piste cyclable est conservée. Sur le boulevard Lambermont, par exemple, la piste cyclable existante sera remplacée par une contre-allée avec circulation cycliste dans les deux sens (au lieu de la troisième bande de circulation qui a été créée comme piste cyclable corona) ; sur l'avenue Dupuis, le projet a déjà été adapté et une piste cyclable a été créée à la place de la voie de stationnement, mais séparément des piétons. Sur la chaussée de la Hulpe/l’avenue Delleur, l'espace supplémentaire est nécessaire de toute façon, car la piste cyclable faisait défaut dans un sens, mais aussi parce que l'aménagement actuel est à peine assez large pour les piétons, et encore moins pour les piétons et les cyclistes sur un axe principal