Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant le lien entre les futures lignes de tram, de bus, de métro et l'attractivité des écoles.

de
Kalvin Soiresse Njall
à
Elke Van den Brandt, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargée de la mobilité, des travaux publics et de la sécurité routière (question n°227)

 
Date de réception: 02/02/2020 Date de publication: 28/04/2020
Législature: 19/24 Session: 19/20 Date de réponse: 23/04/2020
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
17/02/2020 Recevable p.m.
 
Question    L'accord de gouvernement bruxellois est très ambitieux en matière d'accessibilité des Bruxellois.e.s aux infrastructures collectives, et plus particulièrement aux établissements d'enseignement. L'accord précise que les établissements doivent pouvoir être accessibles à 10 minutes à pied. Bruxelles constitue une grande zone de tension démographique en ce qui concerne l'inscription des enfants dans les écoles. L'actualité nous l'a montré récemment, que ce soit pour le décret inscription côté francophone ou pour les quotas d'inscription dans les écoles néerlandophones, une meilleure accessibilité des écoles est une préoccupation importante.

La consultation des acteurs de terrain concernant ce sujet nous a montré que l'accessibilité aux écoles par les transports en commun est un des premiers critères que les parents retiennent lorsqu'ils ou elles choisissent une école pour leurs enfants.

Les écologistes ont toujours eu pour ambition de rendre toutes les écoles attractives afin d'éviter une concurrence sévère entre elles. Dans cette perspective, l'attractivité commence par la proximité des transports en commun avec les écoles. En effet, les parents sont rassurés lorsque leurs enfants peuvent avoir des lignes de bus, de tram ou de métro près des écoles. La déclaration de politique régionale prévoit la prolongation de lignes de tram mais aussi de nouvelles lignes de tram et de bus.

Dans le cadre de la mise en place de ces nouvelles lignes de tram et de bus, l'attractivité des écoles est-elle un critère qui est pris en compte ?

Quelles autres mesures avez-vous prises ou envisagez-vous en termes de mobilité pour améliorer l'attractivité des écoles, surtout celles qui sont les moins fréquentées ?
 
 
Réponse    La STIB cherche à répondre aux différents besoins de mobilité à Bruxelles, que ce soit la desserte pour le travail, vers les noyaux commerciaux, pour les loisirs mais aussi, bien évidemment, les déplacements scolaires.

Dans ce cadre, le réseau de la STIB dessert au mieux les différents établissements scolaires, dans la mesure des possibilités physiques (accessibilité des voiries, acceptabilité locale, etc.).

La STIB a mené de nombreux efforts récemment pour améliorer encore davantage la couverture du territoire et desservir certaines écoles au plus près. 
Par exemple avec la mise en service de la nouvelle ligne de bus 37, créée l’année passée et qui s’arrête devant le Collège Saint-Pierre d’Uccle. 

Mais aussi via l’amélioration des fréquences et des capacités sur de nombreuses lignes très fréquentées par les écoliers. Par exemple la ligne 53 ou la ligne 64,  qui disposent désormais de bus articulés.

Concernant la mobilité des parents (de et vers les écoles notamment), je vous renvoie à la réponse apportée à la demande d’explications de Mme Barzin.

Les augmentations de capacité de transport, grâce à l’arrivée de nouveaux véhicules, permettront également d’encore mieux desservir les écoles. Il s’agit d’une préoccupation permanente pour la STIB, conformément aux engagements du Contrat de service public.

A ce sujet je vous renvoie notamment à la réponse apportée à la question écrite n° 226 de M. Van Goidsenhoven, ainsi qu’à la réponse apportée à la question orale de M. Van Goidsenhoven en janvier 2020.

Précisons que pour les déplacements domicile–école, il n’y a pas que de l’arrêt ou la ligne située devant l’école qui compte, mais que c’est tout le trajet qui importe.

A ce titre, toutes les améliorations du réseau de la STIB, nombreuses et déjà largement évoquées en réponse à de nombreuses questions parlementaires, entrent en ligne de compte.

Parmi les nouvelles lignes tram que le Gouvernement souhaite réaliser, figure le prolongement de la ligne du tram 3 à Neder-Over-Heembeek. L’étude d’impact, qui vient de se terminer, a permis de sélectionner un tracé selon une méthodologie qui prend bien en compte les éléments soulevés au sein de votre question.

Concrètement, le choix du tracé a fait l’objet d’une démarche collaborative et participative regroupant les acteurs régionaux, la commune et des associations citoyennes. Ils ont construit une analyse multicritères au sein de laquelle la desserte locale, notamment scolaire, a été évaluée et représentait d’ailleurs le critère le plus important (62 points sur 400).

Que ce soit pour les élèves –en particulier ceux des écoles secondaires–, les travailleurs ou les résidents du quartier, il était également important que la ligne de tram procure une bonne accessibilité vers les principaux pôles de la Région. C’est pourquoi, les temps de parcours et l’accessibilité au territoire régional (ainsi qu’à la proche périphérie) a également été prise en compte. Ensemble, la desserte locale, les temps de parcours et l’accessibilité ont représenté 1/3 des points.

Cette préoccupation ne fut pas que théorique puisqu’au final, le tracé retenu s’écarte de celui qui était a priori le plus aisé à réaliser d’un point de vue technique, afin de se localiser plus près de la demande de transport, dont les écoliers constituent une partie importante pour la partie ouest de cette nouvelle ligne.

Concernant le futur tram vers Tour&Taxis, l’étude n’en est qu’à ses débuts. Actuellement, seules des données d’entrée ont été collectées. Tout comme pour le tram NOH, l’intention de BM et de la STIB est de réaliser une analyse multicritère. BM veillera à ce que le potentiel lié aux écoles soit pris en compte.

D’une façon plus générale, la mise en œuvre du plan Bus aura pour effet de renforcer l’offre, mais aussi de mailler davantage le territoire régional, ce qui contribuera à améliorer la desserte des écoles par les transports publics. A titre d’exemple, et selon le plan proposé actuellement, l’Institut Paul Henri Spaak ainsi que l’école Vrienden Van De Koningin Astridschool de NOH seront desservis par la future ligne 83, tandis que les écoles de la Futaie à Watermael-Boitsfort et celle de Don Bosco à Woluwe-Saint-Pierre seront désormais desservies par la ligne 42.

Enfin, outre l’accessibilité en transport public, l’éducation à la mobilité durable et à la sécurité routière est également un point important et nous soutenons les écoles désireuses de s’y investir au travers des Plans de Déplacements Scolaires. Cette démarche a pour objectif d’encourager une gestion durable de la mobilité au sein des établissements scolaires maternels, primaires et secondaires de la Région.