Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant les moyens prévus pour lutter contre les stigmatisations, discriminations et exclusions lors du déconfinement suite à la crise du Covid-19.

de
Kalvin Soiresse Njall
à
Nawal Ben Hamou, secrétaire d'État à la Région de Bruxelles-Capitale en charge du logement et de l'égalité des Chances (question n°189)

 
Date de réception: 28/04/2020 Date de publication: 27/05/2020
Législature: 19/24 Session: 19/20 Date de réponse: 27/05/2020
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
04/05/2020 Recevable p.m.
 
Question    Depuis plusieurs jours, les débats se font de plus en plus nombreux en ce qui concerne la nécessité d’adopter une stratégie de déconfinement à tous les niveaux et dans tous les domaines dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Le gouvernement fédéral a décidé de former un groupe qui sera chargé de réfléchir à cette stratégie de déconfinement. Malheureusement, les aspects humains sont assez absents de cette réflexion. Raison de plus pour être proactifs sur cette question en région bruxelloise. La réouverture des écoles est en discussion, certains commerces ont été autorisés à rouvrir. Dans les transports en commun, dans l’espace public ou dans les écoles en région bruxelloise, le déconfinement va accélérer les stigmatisations, les discriminations et les exclusions de certains groupes identifiés ou suspectés comme étant accélérateurs de la contamination et de la propagation du virus. En cela, je pense aux personnels de santé, à des groupes en fonction de leurs origines, leur lieu d’habitation comme les quartiers populaires suspectés de ne pas assez respecter les consignes de confinement et d’être donc plus à risques. On l’a vu récemment suite aux réactions à la mort du jeune Adil à Anderlecht par exemple.

Je sais que vous êtes sensible à cette question, surtout en cette période difficile et que la réflexion se mène sans doute de votre côté. C’est pour cela que je souhaiterais avoir un éclairage en ce qui concerne votre stratégie sur le sujet dans la perspective de ce déconfinement qui arrive.

1. Quels moyens concrets avez-vous prévu pour lutter contre ces phénomènes de stigmatisations, exclusions discriminations qui frappent déjà et qui vont encore frapper plus durement une partie de nos concitoyen.ne.s lors du déconfinement ?

2. Que prévoyez-vous en termes de sensibilisation à grande échelle de la population face à ces phénomènes ?
 
 
Réponse    La crise liée au COVID-19 entraîne en effet des conséquences qui n’affectent pas tout le monde de la même manière.

Nous constatons que des inégalités existantes se creusent du fait de cette crise, et que les mesures de confinement frappent plus durement les personnes qui étaient déjà en difficultés sur le plan du logement, de l’accès aux services d’assistance, du réseau social, des possibilités financières ou d’autres facteurs.

En ce qui concerne les mesures prises autour des stratégies progressives de déconfinement :

Comme vous aurez pu le lire dans la presse, le fédéral a créé une task force ‘groupes vulnérables’ et un groupe de travail ‘impact social’ y est lié (Communiqué de presse :
https://www.nathaliemuylle.be/storage/ringleader/nathalie-muylle/20200408-cp-task-force-groupes-vulnrables.pdf). Les mesures autour du virus COVID-19 sont en effet gérées au niveau fédéral, tout comme la stratégie de déconfinement à propos de laquelle vous posez des questions.

Toujours sur le plan fédéral, l’Institut pour l’Egalité des Femmes et des Hommes a travaillé sur une étude concernant l’impact du COVID-19 sur l’égalité entre femmes et hommes. Cette étude a fait l’objet d’une présente par la Ministre Muylle lors de la Conférence interministérielle droits des femmes du 8 mai dernier.

En ce qui concerne la stigmatisation des personnes qui travaillent dans le secteur des soins de santé, je souhaite souligner que je soutiens pleinement UNIA dans ses initiatives pour lutter contre ces méfaits. Les personnes qui risquent tous les jours leur santé méritent notre plus grande appréciation et protection.

Via le protocole de coopération avec UNIA, nous travaillons sur ces thématiques de manière conjointe.

En outre, je veillerai à ce que le Gouvernement bruxellois tienne compte de manière transversale des aspects de genre dans les différents groupes de travail et initiatives prises autour du démantèlement des mesures COVID-19. A cet égard, le test égalité des chances joue évidemment un rôle important, car il nous incite à tout moment et de manière intersectionnelle à analyser les conséquences des mesures et des initiatives sur des aspects comme l’origine ethnoculturelle.

Afin de garantir le soutien à la société civile, le Gouvernement bruxellois a pris des mesures spéciales, notamment en ce qui concerne le remboursement des frais encourus et couverts par un subside, même si l’évènement est annulé, et a également pris un assouplissement des règles concernant les délais pour les justificatifs.