Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant le suivi de l'installation des cendriers urbains.

de
Emin Özkara
à
Alain Maron, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale chargé de la transition climatique, de l'environnement, de l'énergie et de la démocratie participative (question n°713)

Matière(s):
 
Date de réception: 24/02/2021 Date de publication: 23/04/2021
Législature: 19/24 Session: 20/21 Date de réponse: 20/04/2021
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
09/03/2021 Recevable p.m.
 
Question    Dans une réponse faisant suite à ma question écrite du 21 mars 2017 concernant l’installation de cendriers urbains, la Secrétaire d'État chargée de la Propreté publique de l’époque nous informait en ces termes : « Aucune date n’a été fixée à ce jour concernant le placement de cendriers urbains sur les sites de la STIB. L’Agence [l'ABP] est en attente d’un retour sur la faisabilité technique de ce système de la part de Bruxelles Mobilité. Nous ne prévoyons pas d’autre test et l’Agence n’a pas d’information quant à l’achat d’un camion-citerne destiné à vidanger ces cendriers ».

En juin 2018 nous apprenions par la presse que dans le cadre d’un projet pilote entre la commune de Schaerbeek, Bruxelles Propreté et Fost Plus, 80 cendriers encastrés ont été installés dans le quartier Helmet à Schaerbeek.

Compte tenu de ce qui précède, je voudrais dès lors vous poser les questions suivantes :

1) Qu'en est-il de l’avancement du chantier en rapport avec l’installation de cendriers urbains en Région Bruxelloise ?
2) Quels sont les résultats et les éventuels problèmes rencontrés dans le cadre de l’installation de ces cendriers et leur maintenance ?
3) Depuis 2018, Bruxelles-Mobilité a-t-elle fait l’achat d’un camion-citerne destiné aux vidanges des cendriers urbains ? Si non pourquoi ?
4) Est-ce que la collaboration entre la STIB et Bruxelles-Mobilité est enfin finalisée ? Si non pourquoi ? Quels sont les éléments manquants pour que cette collaboration soit enfin finalisée ? Quels sont les retours de la STIB sur l’installation de ce type de cendriers ?
5) Sur base de quels critères décide-t-on de l’endroit où installer ce type de cendriers ?
6) Quel est le budget qui a été alloué à l’installation de ces cendriers et leur maintenance ?
7) Commune par commune, pouvez-vous me communiquer le nombre de cendriers urbains déjà installés ?
8) Des incitants financiers ou des subsides ont-ils été mis en place pour les communes qui désirent installer ce type de dispositif sur leur territoire ?
9) Pourriez-vous m’informer au sujet du planning des travaux en rapport avec l’installation de ce type de cendriers ?
 
 
Réponse    1)
L’Agence Bruxelles-Propreté informe ne pas avoir été mise au courant de l’état d’avancement concernant les cendriers urbains enterrés sur les sites propres de la STIB.

En revanche, l’Agence Bruxelles-Propreté a procédé en 2019 au placement de 500 cendriers urbains directement intégrés dans le couvercle des corbeilles régionales (du modèle A1). De ce fait, certaines poubelles présentes aux arrêts STIB en surface sont équipées de cendriers.
2)
Pour les cendriers incorporés aux corbeilles régionales, l’Agence Bruxelles-Propreté constate que les cendriers urbains sont utilisés par les fumeurs et, de facto, contaste une nette diminution des mégots de cigarette au sol autour de celles-ci. L’Agence ne rapporte pas de difficultés liées à leur installation. Concernant la maintenance, l’avantage du dispositif est la mutualisation du mobilier urbain et de sa vidange, ces cendriers sont vidangés en même temps que les corbeilles.
3)
L’Agence Bruxelles-Propreté n’a pas d’informations quant à l’achat par Bruxelles-Mobilité d’un camion-citerne destiné à vidanger ces cendriers.
4)
L’Agence Bruxelles-Propreté n’est pas informée du suivi de la collaboration entre la STIB et Bruxelles Mobilité au sujet des cendriers encastrés dans le sol.
5)
Après une recherche d’informations et de retour d’expérience, l’Agence Bruxelles-Propreté émet actuellement certains doutes sur la pertinence d’installer des cendriers encastrés dans le sol pour diverses raisons.
Avec ce dispositif, le jet du mégot de cigarette vers le sol reste présent, ce qui n’éduque pas nécessairement le fumeur. De plus, le mégot de cigarette peut être mal lancé et ne pas atterir dans le cendrier au sol.
Après une pluie, l’eau peut stagner dans le cendrier, ce qui pose problème tenant compte qu’un mégot de cigarette est une forte source de pollution à cause des composants chimiques et toxiques qu’il contient.
Par ailleurs, le cendrier au sol peut être obstrué par des feuilles mortes ou de la neige, ne le rendant ainsi plus utilisable pour les fumeurs.
6)
L’Agence Bruxelles-Propreté informe qu’aucun budget n’est alloué aux cendriers encastrés dans le sol.
7)
L’Agence Bruxelles-Propreté n’est pas en possession de l’inventaire des cendriers urbains installés sur les voiries communales.
8
En 2018, la commune de Schaerbeek a répondu à un appel à projets « propreté publique » lancé par l’Agence Bruxelles-Propreté en collaboration avec Fost Plus.

La commune de Schaerbeek avait fait le choix d’installer des cendriers encastrés dans le sol au sein du quartier Helmet.
9)
Aucun planning pour l’installation de cendriers encastrés dans le sol n’est prévu sur les voiries régionales.