Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant le harcèlement de rue à Bruxelles.

de
Margaux De Ré
à
Nawal Ben Hamou, secrétaire d'État à la Région de Bruxelles-Capitale en charge du logement et de l'égalité des Chances (question n°183)

 
Date de réception: 16/04/2020 Date de publication: 13/05/2020
Législature: 19/24 Session: 19/20 Date de réponse: 13/05/2020
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
24/04/2020 Recevable p.m.
 
Question    ‘’Les cas d’intimidation sexuelle dans les rues de Bruxelles semblent avoir redoublé d’intensité pendant ce « lock-down light »’’, constate l'association DaarDaar dans un récent article.1

Si le problème de harcèlement en rue n'est pas récent dans notre capitale, celui de son intensité décuplée en ces temps de crise est lui bien récent et mérite toute notre attention.

En tant que secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité des Chances à la Région de Bruxelles-Capitale, les questions de sécurité et du sentiment de sécurité des femmes dans nos rues me semble être un chantier primordial, d'autant plus en temps de crise sanitaire.

C'est pourquoi, je vous interroge, dans ce contexte, sur les points suivants ;

- Une concertation est-elle en cours avec vos collègues du gouvernement pour remédier à ce problème multidimensionnel?

- Outre la police, est-ce que les agents tels que gardiens de la paix continuent de patrouiller? Ont-ils été prévenus de ce problème, particulièrement maintenant?

- Les mêmes moyens policiers alloués à ce type de surveillance sont ils identiques en ces temps de confinement, ou sont-ils réduits par rapport à d’habitude ?

- Plus généralement, quel dispositif est mis en place pour résoudre ce problème à Bruxelles ?


1 https://daardaar.be/rubriques/societe/harcelement-en-rue-bruxelles-territoire-des-machos/
 
 
Réponse    Concernant vos questions 1 et 4 :

Comme vous l’indiquez, l’intimidation sexuelle ne constitue malheureusement pas un problème nouveau.

L’étude d’equal.brussels sur la violence envers les femmes en Région de Bruxelles-Capitale (Etude sur la violence envers les femmes en RBC : Rapport final de l’étude :
https://equal.brussels/wp-content/uploads/2020/03/FR-Rapport-final.pdf) de 2016-2017, a démontré que 86,4% des femmes bruxelloises ont déjà subi au moins une fois dans leur vie une forme d’intimidation sexuelle, et que 34,5% d’entre elles en souffraient encore au moment de l’interview.

L’étude a montré que les formes les plus fréquentes d’intimidation sexuelle sont :

- Le regard inapproprié fixe ou insistant qui vous a intimidé - 56,1%;
- Les attouchements, accolades ou baisers indésirables - 53,3%.

Ces chiffres sont élevés, même si la Région de Bruxelles-Capitale ne fait pas exception par rapport aux autres grandes villes.

Depuis plusieurs années, cette problématique est traitée par equal.brussels au moyen d’actions spécifiques comme des formations pour la police ou professionnels de la sécurité, le développement d’une application smartphone ou des campagnes de sensibilisation.

Comme vous le savez, j’ai décidé au début de cette législature, de lutter de manière globale et transversale contre toutes les formes de violences envers les femmes par le biais d’un premier plan bruxellois de lutte contre les violences faites aux femmes.

Ce plan d’actions reprend des mesures qui n’ont pas uniquement trait à l’égalité des chances, mais aussi à toutes les compétences pertinentes de la Région en matière de violence et de sécurité: urbanisme, mobilité, prévention, formation, fonction publique, etc.

En impliquant tous les ministres compétents dans ces matières, nous créons la possibilité de prévenir et de lutter contre ces problèmes de manière transversale et nous augmentons les ressources dont nous avons besoin.

Actuellement, les différents cabinets et services publics concernés parachèvent les mesures, mais je peux d’ores et déjà dire que des mesures spécifiques à l’intimidation sexuelle sont bel et bien prévues dans différents domaines couverts par le plan, que ce soit en prévention, formation, protection, recherche statistique, etc. Je pourrais vous en dire plus très prochainement, après approbation du plan bruxellois de lutte contre les violences.


Concernant vos questions 2 et 3 :

Ces dernières relèvent de la compétence du Ministre-Président, Monsieur Rudi Vervoort.