Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant les avancées réalisées en rapport avec le Label Good Food Cantine.

de
Emin Özkara
à
Alain Maron, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale chargé de la transition climatique, de l'environnement, de l'énergie et de la démocratie participative (question n°615)

 
Date de réception: 28/10/2020 Date de publication: 01/02/2021
Législature: 19/24 Session: 20/21 Date de réponse: 29/01/2021
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
23/12/2020 Recevable p.m.
 
Question    Le label 'Good Food Cantine' a été développé dans le cadre de la stratégie Good Food.

En février 2019, 35 cantines étaient labellisées 'Good Food Cantine'
1.

En consultant "le bottin des producteurs, commerces et restaurants Good Food" en ligne ici : https://goodfood.brussels/fr/bottin on observe à la date du 27 octobre 2020 que 52 cantines sont labellisées Good Food.

Afin de compléter mon information, je souhaiterais vous poser les questions suivantes :

Depuis février 2019,

1. combien de cantines ont-elles posé leur candidature au Label Good Food ?

2. quels sont les principaux obstacles rencontrés par les cantines et qui empêchent ces dernières de soumettre leur candidature au Label Good Food et/ou d'obtenir ledit label ?

3. quels sont les budgets dédiés au programme de labellisation Good Food Cantine ? Ces budgets sont-ils suffisants ? Quels sont les chiffres en possession de Monsieur le Ministre ?


1 http://www.parlement.brussels/weblex-quest-det/?moncode=142175&base=1&taal=fr , consulté le 27 octobre 2020.
 
 
Réponse    1/

Début janvier 2021, on compte 56 cantines labélisées Good Food. 31 cantines sont actuellement en cours d’accompagnement.


2/

Un des freins identifiés est le manque de notoriété du label Good Food. Suite à une enquête réalisée auprès des cantines1 on constate que seulement la moitié des répondants connaissent le label Good Food.

Le deuxième frein est la procédure et le temps nécessaire pour monter un dossier de candidature (preuves à rassembler, etc.) et adapter les pratiques aux critères du label.

Les freins avancés par les cantines interrogées quant à l’intégration de plus de durabilité dans les menus, sont : l’aversion au changement, le manque d’infrastructure pour cuisiner sur place, le manque de ressource humaine et financière, et la dilution du pouvoir de décision concernant l’offre alimentaire (acheteur public, gestionnaire de cantine, etc.).


3/

Le programme cantines Good Food représente un budget annuel d’environ 120.000 €. Ce budget comprend des formations pratiques et théoriques (34.500 €), un service d’Helpdesk et un accompagnement à la labellisation (51.300 €) et le contrôles des candidats au label Good Food (30.000 €). Un petit budget de communication est également dégagé pour produire des outils et valoriser les cantines (autocollant, plaquettes, ...) (max 5.000 €/an).

Au regard des chiffres d’impacts et des moyens alloués jusqu’ici, il apparait qu’il faudra adapter le dispositif existant pour toucher davantage de cantines et induire des changements de plus grande ampleur. L’année 2021 sera consacrée à la co-construction de la stratégie Good Food 2.0. avec toutes les parties prenantes du système alimentaire. Lors de ce processus de consultation, il conviendra de définir les objectifs et les moyens nécessaires pour les atteindre.


1 Etat des lieux des cantines bruxelloises, Sonecom, 2020