Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant l'état de santé des abeilles en Région de Bruxelles-Capitale et l'Atlas des abeilles.

de
Emin Özkara
à
Alain Maron, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale chargé de la transition climatique, de l'environnement, de l'énergie et de la démocratie participative (question n°827)

Matière(s):
 
Date de réception: 21/05/2021 Date de publication: 27/09/2021
Législature: 19/24 Session: 20/21 Date de réponse: 07/07/2021
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
08/06/2021 Recevable p.m.
 
Question    En date du 14 septembre 2020, je vous questionnais au sujet des conséquences des fortes chaleurs sur les populations d'abeilles (et autres pollinisateurs) et les récoltes de miel en Région de Bruxelles-Capitale.
En date du 27 octobre 2020, dans votre réponse, vous nous informiez en ces termes :
"
(…) L’inventaire apicole de 2015 réalisé par l’ULB, le dernier en date à notre connaissance, n’offre pas une robustesse suffisante pour en tirer des conclusions.
Un cadastre plus systématique devra donc être établi.
La méthodologie pour y parvenir est en cours de discussion.
Les données concernant les abeilles sauvages seront rendues disponibles au printemps 2021 dans l’Atlas en cours de finalisation. (…)
"
Ce 20 mai 2021, à l'occasion de la journée mondiale des abeilles et afin de compléter mon information, je souhaite vous poser les questions suivantes :
1. Le cadastre plus systématique dont vous parlez dans votre réponse du 27 octobre 2020 a-t-il été établi ? Quelles ont été les méthodologies utilisées pour réaliser ledit cadastre ? Des nuances sont-elles à apporter aux résultats et conclusions obtenus ?
2. Monsieur le Ministre, disposez-vous enfin de
données actualisées ou d’informations sur l’état de santé des abeilles en Région de Bruxelles-Capitale ? Les populations d’abeilles sont-elles en augmentation ou en diminution ?
3. L'Atlas annoncé dans votre réponse du 27 octobre 2020 a-t-il été finalisé ? Les données concernant les abeilles sauvages sont-elles enfin disponibles ? Si oui, depuis quand et où ?
4. À l'instar de la campagne "Quinzaine des Abeilles et Pollinisateurs" qui se déroule du 15 au 30 mai, lancée et subventionnée par la Région wallonne depuis 2017 (1), une "Quinzaine des Abeilles et Pollinisateurs en Région Bruxelles-Capitale" est-elle à l'agenda du gouvernement ou de votre administration ?


https://www.abeillesetcompagnie.be , consulté le 20 mai 2021.
 
 
Réponse    1)
L’établissement d’un cadastre nécessite de mettre en place de nouveaux outils informatiques et d’organiser une collaboration avec les représentants de la filière apicole.

Les travaux sur la stratégie pollinisateurs ont redémarré en juin de cette année, et faute de consensus à ce stade, nécessiteront encore des discussions dans le courant de l’été.


Une déclaration ne pourra donc être envisagée qu’à l’automne 2022, au plus tôt, sur base notamment des développements informatiques associés au portail cartographique de Bruxelles Environnement. En effet, les inventaires apicoles se réalisent idéalement sur les colonies prêtes pour l’hivernage, entre octobre et décembre.

2)

La région n’étant pas compétente pour la santé de l’abeille domestique, non. L’AFSCA monitore cette thématique en lien avec la sécurité de la chaîne alimentaire, mais n’a que des données limitées sur la région bruxelloise.

En termes de chiffres globaux, on peut se référer aux dénombrements annuels de la SRABE asbl, estimatif basé sur 25% des membres de l’association interrogés aléatoirement. La marge d’erreur reste difficile à estimer. Le nombre de colonies (ruches et ruchettes) reprendrait vigueur et les populations seraient en augmentation avec 708 colonies annoncées (contre 651 en 2019 et 456 en 2018 ; le maximum relevé par cette méthode était de 845 colonies en 2016). Cela reste donc loin du déclin annoncé en 2018, qui marquait il est vrai une année de creux avec une mortalité hivernale plus forte.

Concernant les abeilles sauvages, spécifiquement, l’Atlas réalisé entre 2019 et 2020 constitue une ligne de base, et il n’est donc pas encore possible de se prononcer précisément espèce par espèce sur une évolution, positive ou négative.

3)

La finalisation de l’Atlas a pris du retard suite au durcissement des mesures sanitaires à l’automne, à la complexification du travail au sein des universités, et l’impact sur l’organisation des équipes.


À ce jour, Bruxelles Environnement dispose donc de l’ensemble des données brutes d’inventaire (base de données des observations, liste des espèces, tableau des traits biologiques/écologiques, etc.), mais attend encore les versions finales du rapport d’analyse et l’ensemble des « fiches espèces » qui sont en cours de relecture par les partenaires de Natuurpunt.

La date finale de publication n’a à ce jour pas été fixée.

4)

Cet événement a été organisé en 2018 sous forme de semaine, puis en 2019 sous forme de quinzaine, à l’initiative des Ministres de l’environnement réunis en conférence interministérielle.

Après 2 ans de test, Bruxelles Environnement a proposé d’intégrer cette semaine au « Mois de la Nature » dans le but de centraliser les activités organisées par les associations et les pouvoirs locaux, très sollicités entre mars et juin, en unifiant les activités « Nature » sous une même bannière.