Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant les difficultés rencontrées par les jeunes qui utilisent le numérique pour chercher de l'emploi.

de
Emin Özkara
à
Bernard Clerfayt, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale chargé de l'emploi et de la formation professionnelle, de la transition numérique, des pouvoirs locaux et du bien-être animal (question n°756)

Matière(s):
 
Date de réception: 17/05/2021 Date de publication: 27/09/2021
Législature: 19/24 Session: 20/21 Date de réponse: 24/06/2021
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
21/06/2021 Recevable p.m.
 
Question    Une partie de nos jeunes ont été frappés de manière disproportionnée par la crise sanitaire de la Covid-19 qui a éclaté en mars 2020 dans notre pays. Cette crise sanitaire a exacerbé les difficultés que rencontrent une partie de nos jeunes en matière de digitalisation et de numérisation. D'après une enquête, il en résulte que six jeunes sur dix ont rencontré, des difficultés à joindre les services publics après la suppression des rendez-vous en présentiel et qu'un jeune sur trois a des difficultés à chercher un emploi en digital (1). Il est essentiel d’empêcher que cette numérisation accélérée ne crée de nouvelles inégalités et que le fossé se creuse entre jeunes diplômés et ceux qui ne le sont pas.

Faisant suite à cette enquête et aux constats dégagés, je souhaiterais vous poser les questions suivantes :

1. En matière de formation au numérique et de lutte contre la fracture numérique, quels sont les projets mis en œuvre par la Région afin d’aider les jeunes non diplômés ?
2. Une réflexion a-t-elle été menée par votre cabinet et/ou votre administration afin d'intégrer la logique intersectionnelle et la logique Handistreaming dans la lutte contre la fracture numérique qui touche les jeunes des quartiers les plus vulnérables ?
3. Des initiatives et des services de proximité ont-ils été mis en place par votre administration pour lutter contre l’exclusion numérique des jeunes ?

duoforajob.be, "Le Covid-19 exacerbe les inégalités sur le marché du travail",
https://www.duoforajob.be/fr/etude-digital-divide/ , consulté le 12 mai 2021.
 
 
Réponse    La Région bruxelloise s’est récemment dotée d’un dispositif transversal dédié à la lutte contre la fracture numérique. Déployé par le CIRB, via sa cellule Coordination Inclusion Numérique et en partenariat avec easy.brussels, ce Plan d’Appropriation Numérique (PAN) a pour ambition de rendre le numérique accessible à l’ensemble des Bruxellois. Car si la crise actuelle a mis en lumière l’importance cruciale de la transition digitale, le risque d’exclusion qui pèse sur les victimes de la fracture numérique n’en sort que renforcé. Plus que jamais, il importe donc de lutter contre les deux dimensions, matérielle et intellectuelle, de cette fracture. Jeunes, chercheurs d’emploi et personnes précarisées figurant parmi les publics cibles explicitement identifiés par le PAN, plusieurs actions touchent de manière tantôt générale, tantôt plus spécifique, les jeunes fragilisés devant la transition digitale.
Les activités de Bruxelles Formation en matière d’accessibilité numérique s’inscrivent notamment dans ce dispositif. En réalité, Bruxelles Formation n’a eu de cesse de développer ses activités en matière de transition digitale et d’accès au numérique ces dernières années. Cette volonté se traduit notamment par le déploiement de son pôle de formation BF Espaces Numériques, installé en 2020 au sein du campus numérique BeCentral, qui organise notamment des parcours certifiants d’initiation bureautique et internet pour les publics dont les compétences numériques ne permettent pas une recherche d’emploi et de formation en autonomie.
L’implication de Bruxelles Formation dans la lutte contre la fracture numérique cible également sa dimension matérielle. En témoigne, fin 2020, l’acquisition de 400 PC portables afin de mettre en place une offre de prêt d’un ordinateur portable et d’accessoires informatiques (souris, clavier, webcam…) pour permettre aux stagiaires de poursuivre leur formation à distance. Notons aussi que, depuis le premier confinement, Proximus et Telenet mettent à disposition gratuitement des codes d’accès à leurs réseaux de « hotspots » pour les stagiaires, élèves et étudiants ne disposant pas d’une connexion internet à domicile.

Bruxelles Formation poursuivra son travail dans ce domaine dans les prochains mois. Un inventaire des actions et besoins à Bruxelles Formation sur cette thématique en vue de la réalisation, si nécessaire, d’un plan d’action spécifique est en cours d’élaboration.
Signalons enfin que des actions en la matière sont désormais menées conjointement par Bruxelles Formation et Actiris. Les deux institutions travaillent ainsi sur un projet de séance d’informations à la Cité des Métiers en vue d’orienter les publics vers les formations consacrées au numérique, assorti d’un reporting visant à évaluer les besoins de places supplémentaires. Un second projet a quant à lui pour objectif de mettre en place une procédure de détection des chercheurs d’emploi en situation de fracture numérique afin de les orienter directement vers les formations dédiées.
La lutte contre la fracture numérique des chercheurs d’emploi bruxellois est menée de manière globale sans qu’il n’y ait de focus sur un groupe cible spécifique.
Dans l’espace multimédia de la Cité des métiers, les jeunes en recherche d’orientation professionnelle ou d’emploi, peuvent effectuer leurs recherches et démarches administratives aidés des stewards numériques. Ils ont accès gratuitement à internet et peuvent imprimer leurs documents.

En matière d’inclusion numérique, le CIRB est en charge de coordonner la mise en œuvre du Plan d’Appropriation Numérique, auquel je vous réfère.

Ce plan, dans son axe 4, prévoit un accompagnement de 6 publics cibles : les chercheurs d’emploi, les jeunes, les seniors, les personnes en situation de handicap, les personnes précarisées et les femmes. Les jeunes non-diplômés ne sont pas considérés comme public cible en tant que tel, mais sont répartis au sein des publics cibles établis, comme par exemple les personnes précarisées ou les chercheurs d’emploi.
De plus, le CIRB a mené des actions pour les jeunes des écoles primaires pour les sensibiliser à l’informatique, à savoir l’organisation d’ateliers dans des écoles primaires avec des robots et la proposition de stages en informatique pour les jeunes.

Des actions seront proposées pour les publics mentionnés ci-dessus, comme par exemple (liste exhaustive à retrouver dans le PAN) :
- Pour les chercheurs d’emploi
o Offrir une formation d’initiation bureautique certifiante aux chercheurs d’emploi éloignés du numérique sur la base des compétences Digicomp, en collaboration avec les EPN et le projet StartDigital (initiative de Bruxelles-Formation).
o Soutenir via des appels à projets les associations au sein de la Région actives dans la promotion, le soutien et l’aide numérique aux chercheurs d’emploi.
o Cartographier les besoins en termes de compétences numériques et l’offre des formations IT de base pour une augmentation de l’offre de formation des chercheurs d’emploi (initiative de Digitalcity).
o Création d’un test aux compétences IT de base (sur base des référentiels existants Digicomp, StartDigital, …) et déploiement auprès des acteurs de terrain (collaboration avec Bruxelles-Formation, Actiris, Startdigital, les EPN…).

- Pour les jeunes - à nouveau pour en citer quelques exemples du PAN
o Soutenir via des appels à projets les associations au sein de la RBC actives dans la promotion, le soutien et l’aide numérique aux jeunes.
o Mise en place d’un mécanisme de déclassement du matériel informatique propre et amorti de toutes les administrations régionales, à des associations sans but lucratif dans le but d’être reconditionné et distribué à des étudiants en difficultés sociales (via des asbl).
- Pour les personnes précarisées
o Développer et enrichir la section recyclée de l’e-catalogue à destination des pouvoirs publics en contact avec le public cible.
o Sensibilisation à la fracture numérique dans les CPAS et formation des assistants sociaux afin d’aider leurs visiteurs souffrant d’exclusion numérique (en collaboration avec easy.brussels).

C’est dans le cadre de cet axe 4 qu’un appel à projets a été lancé (Digital Brussels) via la Fondation Roi Baudouin afin de financer, à hauteur de 390.000 €, des projets d’inclusion numérique de ces publics cibles. Les lauréats de cet AAP seront bientôt communiqués.

L’offre de formation de BF espaces numériques englobe, depuis mars 2020, une formation de « Développeur.se web et consultant.e en accessibilité » réservée aux personnes déficientes visuelles. Intitulée « Blindcode », cette formation est organisée et pilotée par l’asbl EQLA, en partenariat avec Bruxelles Formation.
Le cours d’accessibilité numérique est également donné par l’asbl Passe-Muraille. Eqla et Passe-Muraille ont d’ailleurs réalisé ensemble la vidéo d’information « Un site internet accessible pour tous : les 5 pièges à éviter ! ». Ces initiatives s’inscrivent pleinement dans le Plan d’appropriation numérique, qui prévoit d’encourager les administrations et acteurs de terrain à rendre leurs sites internet plus accessibles.
Parallèlement, BF espaces numériques participe occasionnellement à des réunions de coordination des services d’accompagnement (Phare, Ligue Braille…). Des aménagements ont par ailleurs été réalisés sur le site de BF espaces numériques afin d’accueillir les stagiaires porteurs de handicaps, au sein des formations comme dans l’espace d’autoformation.

La mise en œuvre du Plan d’Appropriation Numériques (PAN) et des actions inhérentes à celui-ci se fait dans une logique intersectionnelle en impliquant tous les acteurs d’inclusion numérique mais également les administrations régionales et locales afin d’inclure le plus grand nombre de citoyens, selon ses besoins.
En ce qui concerne la logique Handistreaming, le CIRB y porte une attention particulière pour les sites sous sa responsabilité directe ou partagée (www.cirb.be, www.smartcity.brussels et be.brussels (portail officiel de la Région de Bruxelles-Capitale) ainsi que les plateformes accessibles au public (Datastore, Fix My Street, Irisbox,…) en s’assurant que ces sites soient certifiés AnySurfer.




De plus, la cellule « Smart City & Digital Inclusion » du CIRB a pris contact avec des nombreuses associations, telles que CAWAB (Collectif Accessibilité Wallonie Bruxelles), afin de mettre en place un partenariat pour avoir des retours sur l’accessibilité des sites web sous la responsabilité du CIRB, comprenant des recommandations plus larges que la simple certification AnySurfer.
Cette action est en cours et s’inscrit dans le cadre du PAN.
Conformément aux objectifs du Plan d’appropriation numérique, Bruxelles Formation soutient l’action des Espaces Publics Numériques (EPN) locaux.
A travers un marché public de 4 ans, l’offre de formation et de certification aux compétences numériques de base déjà proposée par BF espaces numériques a pu être étendue à 8 EPN dans autant de communes bruxelloises, avec un objectif annuel d’environ 150 places supplémentaires par rapport aux 200 places préexistantes.
Le déploiement d’un même module de formation présente l’avantage de renforcer la cohérence du dispositif d’initiation au numérique à l’échelle bruxelloise. Cette implantation locale permet par ailleurs de toucher plus efficacement les publics les plus éloignés du numérique, notamment les jeunes précarisés.
Le soutien de Bruxelles Formation aux acteurs locaux s’est également concrétisé par la conclusion d’une convention avec IBM, en vue de la mise à disposition gratuite de la plateforme e-learning
Skillsbuild auprès des EPN bruxellois et de leurs publics.
Les conseillers de la Cité des Métiers accueillent en présentiel, sur rendez-vous, les jeunes (ici également souvent les plus fragilisés qui ne savent pas contacter la CDM selon les modalités à distance) pour des conseils relatifs à leurs questions  d’orientation vers les formations et l’emploi. Les formations au numérique sont ainsi souvent proposées par les conseillers de la CDM à ceux qui en expriment le besoin.

Le CIRB a coordonné la mise en place de l’initiative gouvernementale qui consiste à déclasser le matériel informatique amorti des organismes régionaux et locaux et le céder à des ASBL en charge du reconditionnement. Ce matériel est prioritairement mis à disposition des jeunes ou des personnes précarisées.







D’autres initiatives ad hoc ont été menées afin de sensibiliser les jeunes aux outils informatiques. Par exemple, le CIRB a réalisé des ateliers de jeux à l’aide de robots dans certaines écoles primaires dans le cadre de la Semaine Numérique en octobre 2020.

Enfin, la Région est en train de mettre en place un plan de renforcement du virage numérique des écoles secondaires bruxelloises dans le cadre du Plan National pour la Reprise et la Résilience, qui vise de manière globale à améliorer la connectique interne de nos écoles.