Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant les avancées réalisées dans la protection et la préservation des moineaux dans la Région de Bruxelles-Capitale

de
Emin Özkara
à
Alain Maron, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale chargé de la transition climatique, de l'environnement, de l'énergie et de la démocratie participative (question n°971)

 
Date de réception: 05/11/2021 Date de publication: 27/12/2021
Législature: 19/24 Session: 21/22 Date de réponse: 20/12/2021
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
17/11/2021 Recevable p.m.
 
Question    20211227
 
 
Réponse    1)
Les populations d’oiseaux communs nicheurs de la RBC font l’objet d’un monitoring annuel depuis 1992 (programme SOCBRU). Le moineau domestique est une espèce parmi d’autres étudiées dans ce programme.

Le protocole de ce monitoring reprend 114 points d’écoute. Ces points sont évalués annuellement pour tirer des tendances. Depuis 1992, on estime que l’abondance relative du Moineau domestique a baissé de 95% (voir figure 1). Depuis quelques années la population restante est stable.
La dernière estimation population totale de Moineaux domestiques de la RBC date de 2000-2004. Le prochain Atlas des Oiseaux de la RBC (2022-2024) de Bruxelles Environnement donnera des estimations de population totale de cette espèce et une nouvelle comparaison sera alors possible avec les données de 2000-2004.

2)
Bruxelles Environnement s'efforce de trouver un équilibre entre les visiteurs et les valeurs naturelles dans les espaces verts qu'il gère. Dans la mesure du possible, la gestion est effectuée d'une manière aussi respectueuse de la nature que possible. Cela signifie que dans certaines zones, des efforts sont faits pour limiter l'accès des utilisateurs récréatifs. La gestion dans ces zones est moins intensive, ce qui permet à la nature de se développer plus spontanément. Cela crée davantage d'endroits où les espèces peuvent trouver un abri, du repos et de la nourriture. Non seulement le moineau, mais aussi toute une série d'autres espèces en profiteront. Cela permettra aux espèces de s'établir et de constituer des populations durables. En créant des connexions dans le paysage, les individus de différentes populations peuvent entrer en contact les uns avec les autres, ce qui rompt leur isolement.

3)
C’est en 2016 que le premier groupe moineau citoyen (GMC) a vu le jour dans la commune de Saint-Gilles. D’autres GMC vont ensuite se créer entre 2018 et 2020, à Uccle, Auderghem, Woluwe-Saint-Lambert, Forest, Schaerbeek, Watermael-Boitsfort et Ixelles. En date de septembre 2021, il existe 14 groupes moineaux citoyens, représentant autant de communes bruxelloises.
Un subside spécifique, accordé en 2019 à la commune de Schaerbeek, concerne cette espèce. Il s’agit d’un subside de 29.500 euros. Le projet, en cours jusque fin juin 2022, poursuit trois objectifs : augmenter la population des moineaux domestiques observée sur le territoire communal, sensibiliser les publics cibles (citoyens, services communaux, écoles et techniciens du bâtiment) aux enjeux de la biodiversité en ville, à travers le cas spécifique des moineaux domestiques et créer chez les publics cibles l’envie de prendre soin de l’avifaune urbaine et les amener à en faire des acteurs de changement, autonomes.

Des projets citoyens peuvent également être financés dans le cadre de l’appel à projets Inspirons le quartier. La grande majorité des projets subventionnés vise la végétalisation des rues, ce qui est globalement favorable à la biodiversité dans son ensemble. En 2021, le jury a également accordé un subside à un projet visant spécifiquement le soutien au moineau domestique dans le quartier européen (1000 Bruxelles). Il a pour but de réaliser des aménagements favorables au moineau au square Marguerite ou ses alentours. Le projet est subventionné pour un montant de 3.000 euros.

Toujours dans le cadre de l’appel à projets Inspirons le quartier, des subventions ont été accordées à deux quartiers durables citoyens :
· Oxy-15/Oxydurable – Uccle : subside de 1750 euros cette année pour un projet de sensibilisation à la biodiversité et la création de nichoirs, visant la préservation des moineaux et l’augmentation de la biodiversité ;
· QDC Marelle – Ganshoren : un subside de 1028 euros, cette année également, pour la création de nichoirs pour les moineaux et les martinets.

A côté de la dynamique citoyenne, des actions sont entreprises par les pouvoirs publics bruxellois afin de mieux prendre en compte la biodiversité dans tous les projets d’aménagements et les projets de construction. Bruxelles Environnement a ainsi passé des conventions avec Citydev et le Port de Bruxelles.

4)
Le suivi de l’avifaune est structuré par le schéma de surveillance de la biodiversité (cf. supra).

5)
Des informations sont disponibles sur le site web de Bruxelles Environnement.

L’administration se concentre aussi sur la sensibilisation des professionnels des travaux et bâtiments.