Logo Parlement Buxellois

Question écrite concernant une étude qualitative et quantitative du secteur des titres-services

de
Delphine Chabbert
à
Bernard Clerfayt, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale chargé de l'emploi et de la formation professionnelle, de la transition numérique, des pouvoirs locaux et du bien-être animal (question n°881)

 
Date de réception: 17/01/2022 Date de publication: 10/03/2022
Législature: 19/24 Session: 21/22 Date de réponse: 22/02/2022
 
Date Intitulé de l'acte de Référence page
26/01/2022 Recevable Bureau élargi du Parlement
 
Question    Les titres-services, instaurés par la loi du 20 juillet 2001, relèvent des compétences régionales depuis la sixième réforme de l’Etat. Depuis, la Région finance ce secteur et pour accompagner le pilotage de cette politique autant d’un point de vue lié à l’emploi qu’économique.

IDEA Consult a, dans ce cadre, publié diverses études sur le secteur des titres-services. Le dernier rapport date de 2018. On peut remarquer par exemple que le taux de féminisation des employées du secteur s’élève à 96 %. C’est intéressant, certes, mais cela le serait tout autant si une analyse de genre accompagnait l’ensemble de ces chiffres, ce qui n’est pas le cas. Parce que ce n’est pas parce qu’il y a une énorme majorité de femmes que la question de genre ne se pose pas. Mais plutôt l’inverse.

En effet, nous ignorons par exemple le pourcentage de femmes et d’hommes employés en titres-services qui basculent vers un autre secteur ou métier. Dans un métier majoritairement féminin, il me semble essentiel de savoir si les questions de mobilité professionnelle ou d’évolution de carrière touchent davantage les hommes ou les femmes. On connaît la pénibilité de ces emploi, comprendre ce qui permet d’évoluer est indispensable ; et la question de genre est sans doute un élément clé.

Nous avons par ailleurs des informations sur la durée moyenne de travail dans le secteur, mais de nouveau, nous ignorons la différence entre les femmes et les hommes. Je fais l’hypothèse qu’elle est importante et mes questionnements sont nombreux : les hommes sortent-ils plus rapidement du secteur des titres-services que les femmes ? Ou l’inverse ? Le tremplin vers d’autres métiers moins pénibles concerne-t-il davantage les hommes ou les femmes ?

Monsieur le Ministre, ma question est simple :

  • Prévoyez-vous une évaluation qualitative et quantitative du secteur titres-services à travers une approche genrée du secteur ?

  • Si comme moi, vous pensez que c’est un facteur clé dans le pilotage de ce secteur, avez-vous adressé une demande à IDEA CONSULT ou à une autre organisation par exemple en ce sens ?

 
 
Réponse    Une étude externe doit être réalisée chaque année pour le secteur des titres-services. Celle-ci nous permet ainsi d’obtenir, notamment, des données genrées sur le secteur des titres-services.

A ce titre, sur 26.730 travailleurs du secteur, 95,6% des aide-ménagères sont des femmes contre 4,4% d’hommes.
Une attention particulière est aussi apportée à la situation familiale des aide-ménagères :
- Couple avec enfants 48,5%
- Couple sans enfants 17,6%
- Famille monoparentale 17,0%
- Célibataire sans enfants 16,9%
Nous n’avons pas de données genrées des utilisateurs car souvent une seule personne achète des titres par ménage. Les statistiques de ce type n’ont donc peu d’intérêt. Par contre, pour les utilisateurs, nous avons une vue sur leur situation familiale :
- Couple avec enfants 39,0%
- Couple sans enfants 22,4%
- Famille monoparentale 9,6%
- Célibataire 29,1%.
L’ensemble des Allocations de Base relatives aux titres-services ont été analysées, par l’administration, dans le cadre du GenderBudgetting.

Enfin, depuis 2021, nous récoltons des données genrées dans le cadre du Fonds de formation titres-services (FFTS) afin de pouvoir exposer des données genrées dans le cadre du prochain rapport d’évaluation du FFTS.